Décarbonation et productivité au menu de Green Energy

18 04 2023
Clément Cygler
Swiss Krono France

Lancé début 2021, le projet Green Energy vise à accompagner les efforts de décarbonation de Swiss Krono France, fabricant de panneaux dérivés du bois, tout en renforçant la capacité de production de son usine de Sully-sur-Loire. Zoom sur cette démarche qui associe décarbonation, productivité et circularité.

À Sully-sur-Loire (Loiret), l’usine de Swiss Krono France fabrique chaque année près de 420 000 tonnes d’OSB*, un panneau de lamelles de bois orientées. Ce matériau biosourcé, favorisé désormais par la réglementation environnementale (RE2020), est de plus en plus prisé pour la construction et la rénovation des bâtiments. Afin de répondre à cette demande croissante, l’industriel suisse souhaitait renforcer les capacités de production de son site, et en profiter pour décarboner davantage son process. Celui-ci est alimenté à 55 % par une chaudière biomasse et le reste par du gaz. Fruit d’une collaboration de quelques années entre les équipes de Swiss Krono France, Dalkia et Mediriam, le projet Green Energy vise ainsi à associer ces deux objectifs : décarbonation et augmentation des capacités de production.

Pour y parvenir, une modification d’une partie du process industriel et du modèle énergétique est nécessaire. La solution retenue consiste tout d’abord à remplacer les deux sécheurs existants par des sécheurs basse température. En plus d’être le premier poste de consommation d’énergie du site — près de 70 % des besoins —, l’étape de séchage représente le goulot d’étranglement de la ligne de production, et son manque de capacité empêche le site de fonctionner à 100 %. Le passage à des modèles basse température, permettant d’augmenter de 35 % les capacités de traitement, devrait réduire de 5 à 10 % les besoins énergétiques du site. De plus, les émissions de poussières atteindront les niveaux standards exigés par la réglementation européenne.


Hauts niveaux de performance

Pour alimenter en énergie ces nouveaux sécheurs ainsi que les presses, le choix s’est porté sur une chaudière de 63 MW et un condenseur de fumées de 15 MW. Dalkia est en charge de concevoir ces installations sur-mesure qui, de par leur puissance, feront partie des plus grandes de France. « Ce projet d’envergure est avant tout vertueux, et ce, à plusieurs titres », précise Laurène Allain des Beauvais, directrice commerciale Industrie Centre-Ouest chez Dalkia. La nouvelle chaudière permettra d’atteindre une haute couverture de biomasse dans le futur mix énergétique. Les 95 % seraient même envisagés par Dalkia qui garantit tout de même les 93 %. « On travaille avec de nombreux industriels, et rarement un tel niveau de couverture biomasse est atteint », souligne Laurène Allain des Beauvais.

L’installation présente en outre un très haut niveau de performance énergétique avec un rendement supérieur à 100 %, grâce notamment à la récupération de chaleur fatale en sortie de sécheur ainsi qu’une utilisation maximale de l’énergie de condensation. Le condenseur de fumées permet en effet de récupérer une chaleur basse température, environ 60 °C, qui alimentera les sécheurs. « Dans une installation classique, cette énergie sera dissipée et donc perdue », note la directrice commerciale. Pour parvenir à tels niveaux de performance, une réelle co-construction a été indispensable entre le client, fin connaisseur de son process, et Dalkia et son approche globale des projets énergétiques. Une chaudière de secours au gaz de 36 MW vient compléter l’installation.

Multi-combustible et multi-énergie

Le choix d’une nouvelle unité biomasse plus puissante améliorera également la logique de circularité du site. Tous les copeaux et chutes de bois générés par la ligne de production des panneaux OSB seront valorisés en combustible, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. La chaudière conçue pour ce projet présente par ailleurs la particularité d’être multicombustible et multiénergie. Elle peut prendre en charge trois types de combustibles : les écorces non valorisées, les poussières de bois et bien sûr les petits copeaux issus du process.

À l’intérieur du foyer du four, il y a une grille pour les écorces, des brûleurs poussière et des brûleurs copeaux, avec chacun leur silo et leur alimentation propres. Et dans ce foyer, trois types de fluides (huile thermique, eau surchauffée et eau chaude) seront en même temps produits pour répondre aux différents besoins des équipements industriels. « Il faudra donc réussir à réguler au mieux le fonctionnement de cette chaudière et ses multi-combustibles », explique Laurène Allain des Beauvais, ajoutant qu’« il aurait été plus simple de faire différentes chaudières mais pour atteindre ce haut niveau de performance et un optimum technico-économique, le choix d’une seule chaudière s’est imposé ».

Avec une mise en service prévue pour l’été 2024, la nouvelle unité biomasse devrait éviter l’émission de 35 000 tonnes de CO2 par an. Son exploitation sera assurée au quotidien par une dizaine de salariés de Dalkia qui collaboreront également avec Swiss Krono France. Présentes la nuit et le week-end, les équipes du fabricant de produits biosourcés pourront intervenir en premier en cas d’urgence. Une supervision à distance et en continu sera également assurée par Dalkia, avec des écrans de contrôle déportés sur le site de la Cogénération d’Orléans qui possède des équipes de conduite jour et nuit.
Lancé début 2021 et signé juste un an après, le projet Green Energy nécessitera plus de deux ans de travaux et un investissement supérieur à 100 millions d’euros. Double lauréat des appels à projets du plan France Relance, portés par l’Ademe, il a reçu un soutien de 3,8 M€ dans le cadre du dispositif « Efficacité énergétique et décarbonation des procédés » et de 11 M€ dans le cadre du dispositif « Biomasse Chaleur Industrie Agriculture et Tertiaire ». Meridiam a par ailleurs apporté l’investissement financier de long terme à hauteur de 62 M€, notamment pour la nouvelle chaudière biomasse multi-combustibles. Cette installation vertueuse et à haut rendement, couplée aux sécheurs basse températures, sera une véritable référence au sein des usines de Swiss Krono.

La filière SMR à la recherche de financements

23 05 2024
Olivier Mary

Enerpresse a organisé un débat sur les réacteurs nucléaires de petite taille, plus couramment appelés small modular reactors (SMR). Les intervenants se sont plus particulièrement intéressés aux nécessaires partenariats et financements pour atteindre les objectifs d’une offre française d’ici 2035.

Lire la suite

Cigéo : l'Andra bâtit les fondations de la mémoire

21 05 2024
Philippe Bohlinger

Le projet de stockage des déchets les plus dangereux du parc nucléaire français à 500 mètres sous terre, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, s’accompagne d’un ambitieux programme de recherche destiné à conserver la mémoire du site sur cinq siècles et bien au-delà.

Lire la suite

Comment optimiser les procédés de refroidissement ?

06 05 2024
Clément Cygler

Plusieurs leviers d’action peuvent être mobilisés pour optimiser la performance des procédés de refroidissement industriels, que ce soit pour économiser de l’énergie, obtenir une meilleure qualité ou augmenter la production. Retour avec le Centre technique des industries aérauliques et thermiques et le Pôle Cristal sur les principales données à retenir.

Lire la suite