Des données pour anticiper le risque sécheresse sur un bâtiment

15 11 2022
Léa Surmaire
© Xavier Granet

Inondations, températures extrêmes… Depuis 2017, NamR mutualise des bases de données publiques pour établir, grâce à l’intelligence artificielle, les risques de catastrophes climatiques sur chaque bâtiment français. Depuis 2021, la sécheresse a été ajoutée à son arc de compétences. Après une aridité estivale sans précédent, Marc Stéfanon, chef de projet data et docteur climat et environnement pour NamR, revient sur l’utilité de ces données.

Pourquoi vendre des données relatives à la sécheresse ?

Marc Stéfanon : Connaissez-vous le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA) ? Les cinq à dix premiers mètres de ces couches terrestres se rétractent lors des périodes de sécheresse et gonflent de plus belle au retour des pluies lorsqu’ils sont de nouveau hydratés. Un peu comme une éponge. Ainsi entre un côté et l’autre de la maison, le terrain peut se mouvoir. Et, sans fondation suffisante, endommager sa structure.

Vous avez lu 2% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Dérèglement climatique : ses effets sur quinze zones protégées

17 01 2024
Olivier Mary

À l’occasion de la COP28, l’Unesco a publié une étude qui analyse l’impact du dérèglement climatique sur quinze réserves d’Amérique latine et des Caraïbes. Elle montre comment l’augmentation des sécheresses, des incendies, des inondations et des glissements de terrain constitue une menace croissante pour la biodiversité et les sociétés. Et regrette que…

Lire la suite

COP28 : des progrès et des questions

17 01 2024
Olivier Mary

La COP28, qui avait lieu cette année à Dubaï, a pris fin le 13 décembre dernier. Avec quelques progrès, notamment sur l’abandon des énergies fossiles au profit de celles bas carbone, mais aussi encore beaucoup d’interrogations. En particulier concernant l’adaptation et les financements.

Lire la suite

Géo-ingénierie, des promesses trop risquées

22 12 2023
Clément Cygler

L’émergence des solutions de géo-ingénierie, en particulier celles de modification du rayonnement solaire, pose de plus en plus de questions au vu des risques recensés. Ces derniers seraient même bien trop nombreux pour miser sur ces technologies pour la plupart encore au stade du laboratoire.

Lire la suite