Pourquoi décarboner l’industrie ?

01 04 2021
Tribune de Daniel Cappe, vice-président de l'ATEE
Daniel Cappe

L’industrie est confrontée à des exigences de plus en plus fortes pour réduire ses consommations énergétiques et, surtout, ses émissions de gaz à effet de serre. L’ATEE, de par son expertise et ses compétences, accompagne les industriels dans la poursuite de leur objectif de décarbonation.

Même si le premier nom de l’association, il y a 43 ans était Association technique pour les Economies d’énergie, nous n’avons jamais cessé de nous préoccuper des gaz à effet de serre. Lors de la première mise en place du Plan Climat National, la Mission interministérielle pour l’effet de serre (MIES) avait trouvé auprès du Délégué général de l’ATEE un ambassadeur efficace, ainsi que des contributeurs dans nos différents clubs. Lors de sa déclinaison territoriale avec le Plan climat-énergie territorial, nous avons oeuvré avec l’Ademe à rapprocher les points de vues des industriels et des collectivités locales. Comme tous les industriels, la Directive UETS sur les quotas d’émission nous a beaucoup mobilisés à partir de 2004: transposition en droit français, mode de calcul des quotas pour la cogénération (qu’elle soit industrielle ou implantée sur un réseau de chaleur).

Dans le cadre du Protocole de Kyoto, nos adhérents ont acquis l’expertise des Mécanismes de Développement Propre (MDP) à l’échelle internationale. Nous sommes assez fiers d’avoir réussi à créer, avec nos amis de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et de la MIES, un mécanisme similaire de valorisation des émissions évitées de carbone mais sur le territoire national : les “projets domestiques” (voir Énergie Plus n°377 et 388). Sans oublier de rappeler le rôle incontournable de l’efficacité énergétique, comme nous l’avons fait lors de la COP 21 à Paris (cf Énergie Plus n° 558).

Et aujourd’hui ?

Comme nous l’avons fait en septembre 2020, nous accompagnons l’Ademe dans sa communication vers les industriels sur le Plan de relance et son volet Décarbonation Industrie : trois webinaires sont prévus de suite et nombre de relais en régions. Que ce soit sur les volets Maîtrise de l’énergie (MDE), chaleur fatale ou encore biogaz, nos adhérents peuvent trouver ici une expertise précieuse. Avec nos partenaires du Cibe, (jadis créé par l’ATEE et Biomasse Normandie), nous pouvons aussi appuyer des projets biomasse. Mais de manière plus opérationnelle encore, plusieurs bureaux d’études (adhérents ATEE) déjà engagés dans l’audit énergétique, la formation et l’accompagnement des industriels (programme Prorefei) mettront leurs compétences au service des industriels, afin de les aider à répondre au mieux aux appels d’offres de l’Ademe. Une vraie “Team décarbonation” se met en place.

 

Une communauté au service des référents énergie
Lancée en novembre 2020 et portée par l’ATEE, la Communauté des référents énergie ne cesse de grandir, et rassemble désormais près de 120 personnes en charge de gérer l’efficacité énergétique sur des sites industriels ou dans des entreprises. Le fonctionnement de la communauté est basé sur le partage d’informations et de retour d’expériences entre les référents énergie, quel que soit leur niveau de maturité dans l’efficacité énergétique. « Une grande majorité des référents énergie occupe 15% de leur temps de travail sur cette thématique, et 85% sur d’autres, généralement en qualité, hygiène et sécurité ou encore production, travaux neufs et maintenance… Ils ne peuvent parfois pas pleinement investiguer dans des recherches sur des opportunités d’optimisation par exemple. L’ATEE a donc voulu créer une communauté où toutes ces personnes aux profils variés peuvent échanger et trouver rapidement des réponses à leurs problématiques », indique Jean-Marc Piatek, chef du département de la Maîtrise de l’énergie à l’ATEE et pilote de la Communauté des référents énergie. En plus de son site internet exhaustif, la communauté publie un bulletin d’informations trimestriel comportant une veille réglementaire, des innovations techniques et des articles de presse. Plusieurs webinaires ont également été organisés sur différents thèmes comme le tiers financement, le stockage de chaleur fatale et l’intelligence artificielle. Un forum permet enfin aux membres de poser des questions et surtout d’obtenir une réponse de l’ATEE ou du réseau de bureaux d’études partenaires. « Actuellement, le sujet technique majeur concerne le plan de mesurage et la mise en place d’indicateurs de performance énergétique afin d’évaluer les résultats des actions menées. Une fois la technique acquise, il faut également leur expliquer et les conseiller sur les différents dispositifs de soutien financier qui pourraient convenir à leurs actions », détaille Jean-Marc Piatek.

La transition très lente de la sidérurgie

28 07 2021
Clément Cygler

Responsable de 11 % des émissions de carbone au niveau mondial, le secteur de l’industrie sidérurgique doit faire des efforts pour réduire son impact environnemental. Pourtant, l’urgence ne semble pas encore être au rendez-vous pour la majorité des acteurs de ce secteur selon le rapport « Pedal to the Metal » de Global Energy Monitor, publié fin juin.…

Lire la suite

Faire du froid sans polluer

15 07 2021
Olivier Mary

Des scientifiques de l’institut Charles Gerhardt de Montpellier et d’un laboratoire de recherche coréen ont élaboré un matériau hybride nanoporeux pour des systèmes de réfrigération solaire. Il pourrait permettre de remplacer des fluides frigorigènes polluants, par exemple présents dans les pompes à chaleur.

Lire la suite

Biogaz et hydrogène pour la production du cognac Hennessy

15 06 2021
Clément Cygler

Après avoir optimisé la performance énergétique de ses distilleries, la Maison Hennessy s’est engagée dans une démarche complémentaire de décarbonation. Le passage au biométhane et le recours à l’hydrogène dont l’utilisation nécessite encore des travaux de R&D permettraient d’y parvenir.

Lire la suite