Le port de Bordeaux mise sur l'hydrogène

08 03 2022
Caroline Kim-Morange
D.Trentacosta

La direction du port de Bordeaux fait de l’hydrogène le coeur de sa stratégie. Elle structure un écosystème foncier, énergétique et économique favorable à l’implantation d’électrolyseurs de grande capacité. Le but : installer 1 GW de capacité pour une transition bas carbone de la zone industrialo-portuaire.

Le Grand port maritime de Bordeaux (GPMB), qui est opéré par l’État, a connu en 2018 une double crise, à la fois économique et de gouvernance. Il subissait depuis le milieu des années 2010 une baisse de ses revenus due à la diminution du trafic d’hydrocarbures et de céréales. En outre, le dialogue avec les collectivités locales était rompu. D’où la nomination fin 2018 d’un nouveau directeur, Jean-Frédéric Laurent, qui entreprend rapidement de renouer les discussions et de redéfinir les priorités stratégiques du port.

Une stratégie qui s’articule aujourd’hui autour de l’hydrogène (H2). Avec pour ambition que soient produits sur le territoire portuaire 140 000 tonnes d’hydrogène par an à l’horizon 2030. Cela représente un septième de la consommation française actuelle de ce gaz. Pour cela, il faudrait, d’après le GPMB, installer sur le territoire portuaire une capacité d’1 GW d’électrolyse. À l’horizon 2040, l’objectif est de plus de 300 000 t d’hydrogène avec 2 GW d’électrolyse.

Vous avez lu 2% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Un verre de bouteille en voie de décarbonation

06 10 2022
Clément Cygler

D’ici 2030, Verallia vise à réduire de 46 % ses émissions de CO2. Un objectif ambitieux et cohérent pour s’inscrire dans une trajectoire de limitation du changement climatique à 1,5°C. Trois grands axes de travail sont étudiés, notamment la fusion électrique.

Lire la suite

Une piste pour valoriser le SF6

01 10 2022
Olivier Mary

Le SF6 utilisé dans la filière électrique est un très puissant gaz à effet de serre. Si des alternatives sont recherchées, de grandes quantités sont toujours utilisées et restent présentes dans de nombreuses installations. Des scientifiques sont en train de mettre au point une méthode pour le valoriser.

Lire la suite

Les diamants, semi-conducteurs de luxe pour l’instant

24 03 2022
Simon Philippe

Si le silicium est aujourd’hui la star des semi-conducteurs, le diamant pourrait bien le remplacer dans les prochaines décennies. Avec des capacités électroniques et thermiques supérieures, cette substitution offre de nombreuses possibilités dans le transport d’électricité, la bionique ou l’aéronautique. Du moins, si le coût de ce matériau baisse.

Lire la suite