Bilan du programme Finance ClimAct

15 06 2021
Sandra Salès

Le programme Finance ClimAct vient d’achever sa première phase. Retour d’expérience avec Mathieu Garnero, directeur du projet à l’Ademe et Guilain Cals, économiste et coordinateur du projet.

9 PTS

Life est un programme de l’Union européenne qui finance des actions en faveur de l’environnement et du climat. C’est dans ce cadre que Finance ClimAct a été retenu. Ce projet est chapeauté par le ministère de la Transition écologique et l’Ademe. De nombreux acteurs privés du secteur de l’environnement et du climat (Greenflex, Finance for Tomorrow…) y participent ainsi que des financeurs. « Notre travail est de mettre en place des politiques publiques pour accompagner les entreprises dans la réduction de leurs émissions de carbone », explique Mathieu Garnero, « Comment doivent évoluer l’offre et la demande entre industriels et financiers pour décarboner à l’horizon 2050 ? ». Dans ce cadre, des plans de transition sectoriels (PTS) sont en cours de travail. Neuf secteurs industriels sont concernés : ciment, aluminium, acier, papier et carton, sucre, verre et trois secteurs de la chimie (ammoniac, éthylène et chlore). Le secteur cimentier, le plus émissif a été étudié en priorité « L’objectif de ces PTS est de développer une vision à 360° de ce que le secteur industriel doit faire pour se décarboner en termes d’évolution du mix technologique ; d’investissement dans ces technologies ; de transformation de ses emplois et de ses compétences ; et d’évolution de la demande. Il y a aussi des préconisations en matière d’utilisation des financements publics », poursuit le directeur du projet.

Dialogue avec les banques

Ces actions de finance durable sont mises en place grâce à de nombreux instruments de dialogue avec les financiers. Les entreprises doivent par exemple se soumettre à des exigences de reporting (CSRD : corporate sustanbility responsability reporting) montrant comment elles se sont engagées à respecter les normes de leur secteur. « Par exemple, un cimentier devra montrer dans ses publications comment il fabrique son ciment. Quel est le taux de clinker toléré dans le ciment pour qu’il soit considéré comme vert », explique Guilain Calls. Un gros travail de taxonomie* a été fait sur 80 secteurs industriels. L’idée c’est que les financiers comprennent ce que font les industriels pour qu’ils construisent des produits d’épargne en adéquation avec ces actions vertueuses et vertes. « Les épargnants ont ainsi une meilleure visibilité sur le placement de leur argent », complète Mathieu Garnero.
 

PTS

Les principaux outils

Invest et Act sont les deux outils principaux de ce programme. Invest permet d’actionner les leviers pour une efficacité énergétique rapide. « Une partie des investissements peuvent ne pas être faits par manque de connaissance des subventions. Bien connaître les programmes de France Relance et les technologies qui existent permet de monter en compétences dans son secteur », reprend Guilain Cals. Act est le second levier. Cet outil créé par l’Ademe vise à développer les stratégies climat de l’entreprise. Enfin, un autre outil, gratuit, permet de comparer ce qui a été fait par les autres acteurs du secteur concerné. Il s’agit du site World Benchmarking, en libre accès. Les résultats sur le secteur cimentier seront officiellement publiés sur le site de Finance ClimAct en octobre ou novembre prochain, après une dernière rencontre de travail avec les industriels en juillet. Cette première phase a permis le lancement de nombreuses initiatives, puis la construction de méthodes matures et fiables à pérenniser. À l’aube de la deuxième phase de ce projet Finance ClimAct, il s’agira d’adapter le travail au niveau européen. « Ces points d’étapes tous les deux ans permettent de s’assurer de la cohérence et de la faisabilité des projets avant d’investir des millions d’euros », affirme avec raison le directeur du projet. D’autant plus lorsque les normes évoluent vite comme c’est le cas dans le secteur du ciment.

* La taxonomie regroupe les normes pour que l’activité soit considérée comme verte pour chacun des 80 secteurs concernés dans ce projet.

Agriculture : comment cultiver la décarbonation ?

13 05 2024
Olivier Mary

L’agriculture, le deuxième secteur émetteur de gaz à effet de serre de France, dispose de nombreux leviers pour se décarboner. Elle offre aussi la possibilité d’un stockage additionnel afin de limiter les rejets des autres filières. Mais sa transition, encore embryonnaire, doit se structurer.

Lire la suite

Des électrolyseurs pour réoxygéner les océans

13 05 2024
Olivier Mary

Le projet « Baltic Sea Oxygenation and the Super-Green Hydrogen Economy » (BOxHy) mené par Lhyfe, Flexens et l’Université de Stockholm a pour objectif de remédier au manque d’oxygène dans la mer Baltique. Des électrolyseurs vont être utilisés pour produire cette molécule qui sera ensuite injectée dans l’eau.

Lire la suite

Envisager les coûts de l’adaptation

29 04 2024
Léa Surmaire

Pour le Gouvernement, l’Institut de l’économie pour le climat a évalué le montant d’investissement nécessaire au déploiement de différentes mesures d’adaptation. Trois secteurs, particulièrement exposés au dérèglement climatique, sont analysés : les transports, le bâtiment et l’agriculture (hors élevage).

Lire la suite