Les services vélo gagnent du terrain

01 10 2021
Caroline Kim-Morange
Adobe Stock

À l’occasion de la semaine de la mobilité, l’Ademe actualise son étude sur les services vélos. Tous sont en forte croissance, et ils gagnent peu à peu les territoires.

L’Ademe vient d’actualiser l’étude menée en 2015 sur les services vélo, qui se penche sur les services proposés par les collectivités à leurs administrés et par les entreprises à leurs salariés. « En cinq ans, on note un quasi doublement du nombre d’utilisateurs de vélos en location longue durée ; l’offre de stationnement sécurisé et les aides à l’achat sont en plein boom », se réjouit Élodie Barbier Trauchessec, coordinatrice mobilités émergentes à l’Ademe.

Ademe

Bouquet de services

L’étude s’intéresse à sept types de services : le stationnement sécurisé, la location de vélos en libre-service ou de longue durée, les aides à l’achat, les ateliers d’auto-réparation, les services vélos en entreprise et les vélos écoles. Elle est centrée sur l’offre, au travers d’enquêtes auprès de collectivités et d’entreprises, mais aussi sur le ressenti des utilisateurs. Les collectivités de 100 à 250 000 habitants concentrent le plus d’offres de services, et les plus diversifiées. « C’est de plus en plus souvent un bouquet de services vélo qui est proposé. Cela fait sens » poursuit Élodie Barbier Trauchessec.
L’étude constate leur complémentarité : si les solutions de location, les services en entreprises, et les vélo-écoles encouragent le passage au vélo, l’aide à l’achat, les ateliers d’auto-réparation et le stationnement sécurisé facilitent sa pérennisation. D’une manière générale, le nombre et la diversité des services ont augmenté partout depuis 2015. Toutefois, les collectivités de moins de 20000 habitants sont moins bien dotées et proposent, souvent, un seul service. D’où l’appel à projets Avelo 2, qui visait à accompagner 400 territoires peu et moyennement denses dans la définition et la mise en œuvre de leur politique cyclable. Ses premiers résultats ont été rendus publics le 14 septembre 2021. 50% des 254 candidats retenus au lors de cet appel visent l’expérimentation de services vélo. « Les services vélo sont efficaces pour créer une offre de mobilité à faible coût », insiste Élodie Barbier Trauchessec.

Ademe

De 3 à 9 % de part modale

Étoffer l’offre de services est l’un des moyens pour atteindre une part modale du vélo à 9 % en 2024 (et 12 % en 2030) contre 3 % aujourd’hui, conformément aux objectifs que s’est fixé le gouvernement. L’étude de l’Ademe note ainsi que « les bénéficiaires d’un service vélo voient leur usage de la bicyclette augmenter fortement (…) au détriment de la voiture et, dans une moindre mesure, des transports en commun. Cette évolution est pérenne, même après la fin de l’adhésion au service ». Ainsi, 63 % des bénéficiaires d’une aide à l’achat et 51% des bénéficiaires d’une location longue durée déclarent avoir diminué leur usage des véhicules motorisés. Plus étonnant, 13 % des locataires de vélos à assistance électrique ont dit avoir renoncé à l’achat d’une voiture et 12 % s’être séparés de leur automobile.

Sécuriser le stationnement et démocratiser

Afin de favoriser le report modal, les aides à l’achat et la location longue durée sont les plus efficaces. Par contre, elles doivent s’accompagner d’une sécurisation des stationnements. « Le stationnement sécurisé, c’est le nerf de la guerre », martelle Élodie Barbier Trauchessec. D’ailleurs, c’est selon elle la préoccupation première des cyclistes qui font le trajet domicile-travail en vélo. Cela devrait donc être l’objectif principal des employeurs qui veulent développer la pratique du vélo de leurs salariés, et qui sont d’ailleurs encore trop peu nombreux.
L’autre volet sur lequel ils devraient se pencher est l’animation, afin de créer une réelle culture du vélo dans leur organisation. Selon Élodie Barbier Trauchessec, les acteurs doivent aussi veiller à démocratiser l’accès au vélo. « Il faut être plus inclusifs, aller chercher les étudiants, les retraités, les familles, les femmes, les personnes à mobilité réduite… par exemple en proposant la location longue durée, plébiscitée par les femmes, ou en élargissant les types de vélos proposés dans les flottes ».

Trois scénarios pour décarboner l'aviation

15 10 2022
Olivier Mary

L’Ademe publie une étude présentant trois scénarios pour décarboner l’aviation. L’un suppose des ruptures technologiques importantes, l’autre une modération du trafic et le dernier est un scénario médian. Seul le deuxième scénario entraine une réduction rapide des émissions du secteur et un niveau bas d’émissions cumulées sur la période 2020-2050.

Lire la suite

L’hydrogène pour décarboner le transport lourd routier

05 10 2022
Clément Cygler

Pour réduire l’impact du transport routier de marchandises et de voyageurs, l’hydrogène apparaît comme pertinent. Dans son étude Tranplhyn, l’Ademe a évalué cette solution d’un point de vue énergétique, économique et environnemental.

Lire la suite

Transport maritime : une décarbonation au cas par cas

01 10 2022
Olivier Mary

Le transport maritime est alimenté au fioul lourd depuis des décennies. Cependant, des règles plus restrictives concernant les émissions de gaz à effet de serre vont progressivement s’appliquer. La filière devra donc économiser du carburant et basculer sur des motorisations alternatives. Mais cette transition complexifie l’ensemble de son écosystème.…

Lire la suite