Les diamants, semi-conducteurs de luxe pour l’instant

24 03 2022
Simon Philippe
CNM-CSIC
Grâce au diamant, les pertes lors du transport d’électricité pourraient être réduites par quatre.

Si le silicium est aujourd’hui la star des semi-conducteurs, le diamant pourrait bien le remplacer dans les prochaines décennies. Avec des capacités électroniques et thermiques supérieures, cette substitution offre de nombreuses possibilités dans le transport d’électricité, la bionique ou l’aéronautique. Du moins, si le coût de ce matériau baisse.

L’une des difficultés majeures des technologies de transition énergétique est leur coût souvent élevé, notamment dû au recours à des matériaux et métaux rares. Dans ce cadre, l’utilisation du diamant, matériau au prix excessivement élevé, pourrait être jugé rédhibitoire. Ce n’est pourtant pas l’avis d’Étienne Gheeraert, professeur à l’université Grenoble Alpes et chercheur à l’institut Néel du CNRS.

Ce dernier a reçu le prix Étoile de l’Europe pour le projet GreenDiamond. L’objectif : remplacer les semi-conducteurs à base de silicium d’un convertisseur par du diamant pour réduire les pertes d’énergie lors du transport d’électricité depuis des parcs éoliens offshore. « L’idée du projet européen GreenDiamond est de réduire au maximum les pertes du transport d’énergie », déclare Étienne Gheeraert. Pour les applications électroniques de puissance, l’un des facteurs les plus importants est le champ de claquage du matériau. Dans le cas du silicium il équivaut à 300 000 V/cm, ce qui est assez faible. Le diamant de son côté est à 10 MV/cm.

« Concrètement, pour tenir une tension de 1 000 V, un convertisseur aura besoin d’une couche de 100 microns, qui entraîne une résistance importante, contre 1 micron pour le diamant, illustre le chercheur. Avec ce changement, on estime pouvoir réduire par quatre les pertes d’énergies. » Ainsi, sur la liaison France-Angleterre d’environ 2 GW, il serait possible de réduire les pertes actuelles de 20 MW, soit 1 %, à 5 MW. Des applications sur la production d’hydrogène sont aussi envisageables, car elles nécessitent de grandes quantités d’énergie.

Une aide pour la mobilité électrique

Les avantages liés aux propriétés physiques ne s’arrêtent pourtant pas là. En effet, à puissance équivalente mais avec une taille réduite, ce cristal offre de nouvelles voies pour des applications en bionique et dans les transports. « Le poids étant l’ennemi numéro 1 dans la conception de véhicules, ce paramètre peut être très intéressant », poursuit Étienne Gheeraert.

Si la baisse du poids est impliquée par des volumes moins grands de matériaux, la résistance aux températures élevées est aussi un argument de taille dans ces applications. « Au-delà de 150°C, les propriétés de silicium changent et ne sont plus optimales. Le diamant peut de son côté facilement monter à 300°C. » De ce fait, dans des milieux contraints, les avantages du cristal sont démultipliés.

Là où un convertisseur au silicium nécessite un système de refroidissement complexe, le diamant propose des solutions plus simples et plus légères. « On peut imaginer, dans le cas de l’électrification d’avions, passer de convertisseur de 400 kg à 50 kg, ce qui serait un gain énorme », salue le scientifique.

Un cours à changer

Reste alors la question du coût de cette pierre précieuse. « Pourquoi le diamant est-il si cher ? Parce qu’il n’est pas régi par la loi de l’offre et de la demande, contrairement à la grande majorité des matériaux technologiques », explique Étienne Gheeraert. Pourtant, depuis les années 1970, le coût réel de fabrication de diamants synthétiques est relativement faible, grâce à des machines permettant de les créer à basses pression et température.

« Actuellement le cours du diamant est ajusté par les joailliers en fonction de la demande. Et pour l’instant, nous sommes calés sur ces prix. Nous espérons que prochainement, il y aura une séparation des cours entre les diamants à usage technologiques et ceux utilisés classiquement », conclut-il.

Cigéo : l'Andra bâtit les fondations de la mémoire

21 05 2024
Philippe Bohlinger

Le projet de stockage des déchets les plus dangereux du parc nucléaire français à 500 mètres sous terre, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, s’accompagne d’un ambitieux programme de recherche destiné à conserver la mémoire du site sur cinq siècles et bien au-delà.

Lire la suite

Comment optimiser les procédés de refroidissement ?

06 05 2024
Clément Cygler

Plusieurs leviers d’action peuvent être mobilisés pour optimiser la performance des procédés de refroidissement industriels, que ce soit pour économiser de l’énergie, obtenir une meilleure qualité ou augmenter la production. Retour avec le Centre technique des industries aérauliques et thermiques et le Pôle Cristal sur les principales données à retenir.

Lire la suite

Ciment : de nouveaux fours pour économiser 35 % de combustibles

30 04 2024
Léa Surmaire

À Lumbres, le cimentier Eqiom a lancé son programme de décarbonation K6. La première phase consiste à remplacer ses fours à voie humide par un modèle à voie sèche, et la deuxième, plus incertaine, à capter le CO2.

Lire la suite