Adapter sans dénaturer

04 01 2024
Léa Surmaire
Inddigo
Les paliers d'accumulation de l'eau à Marseille

Hausse des températures, risque de submersion, mouvements des sols... Les villes vont devoir améliorer la résilience de leurs centres anciens au changement du climat. Et ce, en préservant leurs principaux attributs patrimoniaux.

Avec l’accélération du dérèglement climatique, la fréquence et l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes sur les villes vont augmenter, comme l’ont projeté les experts du Groupement intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). L’importante hausse des températures sur des territoires minéralisés peut par exemple créer des îlots de chaleur urbains. L’intensification des pluies, face au manque de végétation nécessaire pour les absorber, conduit à du ruissellement toujours plus important dans les rues. La montée des eaux pour les communes du littoral à un risque de submersion. Les mouvements des sols à la déformation des fondations des édifices... En parallèle, dans les centres-villes, la préservation du patrimoine est indispensable et les aménageurs doivent en tenir compte.

« Comme l’a écrit la Commission des monuments historiques, ce qui résume une ville, ce n’est pas sa banlieue mais son centre ancien », contextualise Stéphanie Gaucher, référente nationale métier stratégie territoriale et urbaine pour le cabinet de conseil Inddigo*. Les municipalités doivent donc adapter leurs centres aux risques du changement climatique et ce, en prenant en considération leurs caractéristiques. Chacune n’est pas exposée aux mêmes intempéries et dispose de spécificités locales : date de construction et hauteur des bâtiments, taille des rues, degré d’imperméabilisation des espaces publics, etc. À l’intérieur d’une commune, les politiques d’adaptation doivent d’ailleurs se construire à une échelle très fine. « Nous ne rencontrons pas les mêmes problématiques d’une rue à une autre, les facteurs climatiques et géographiques changent, dont la proximité au littoral ou la protection au vent par exemple », détaille Stéphanie Gaucher.

Des risques différents

Le centre ancien de Marseille (Bouches-du-Rhône) par exemple de par sa position géographique et son relief, fait face à des risques de submersion, de ruissellement des eaux important sur certains axes et d’îlot de chaleur urbain. « Notre climat méditerranéen est intéressant à étudier parce qu’il va remonter sur les autres territoires français », avance Perrine Prigent, conseillère municipale de Marseille et de sa métropole.

La ville de Lille (Nord), très minéralisée, devra surtout affronter le risque d’îlot de chaleur urbain et composer des politiques qui prennent en compte celui de retrait-gonflement des argiles (RGA) (voir Énergie Plus n °694). En effet, au gré des pluies et des sécheresses, les premiers mètres des sols argileux situés sur la partie nord de la commune gonflent et se rétractent comme une éponge. Ces mouvements de sols peuvent fragiliser des bâtiments. Chacune de ces villes, avec l’aide d’Inddigo, a dressé un diagnostic des périls encourus par son territoire pour ensuite établir une stratégie d’adaptation.

 

Vous avez lu 5% de l'article

Pour visualiser la suite du contenu, merci de vous connecter :

Adaptation de la Camargue : concertation et gouvernance comme priorités

16 05 2024
Clément Cygler

De par ses contraintes hydrogéomorphologiques, la Camargue est particulièrement exposée aux conséquences du changement climatique, notamment l’élévation du niveau de la mer et la salinisation des terres et des étangs. Des solutions d’atténuation et d’adaptation existent mais nécessitent la mise en place de concertation et surtout d’une gouvernance adéquate. 

Lire la suite

Plan sobriété de Clermont-Ferrand : de premiers résultats encourageants

14 02 2024
Léa Surmaire

Télégestion, abaissement de la durée de chauffe et des températures, extinction des points lumineux… Depuis octobre 2022, le chef-lieu du Puy-de-Dôme mène des actions de sobriété dans les bâtiments municipaux.

Lire la suite

Montée des eaux : une vague d’actions pour adapter les littoraux

02 02 2024
Olivier Mary

Les littoraux sont particulièrement vulnérables aux conséquences du changement climatique. La France déploie une législation pour protéger ces territoires qui mettent déjà en œuvre de nombreuses initiatives. Mais les enjeux sont colossaux des points de vue techniques, financiers et sociétaux.

Lire la suite