Vol-V cède sa filiale Biomasse à Engie

306
© Vol-V

Engie a acquis, le 25 février, la filiale Vol-V Biomasse du groupe Vol-V. Dix ans après sa création, Vol-V Biomasse a à son actif 7 centrales de production de biométhane, 3 unités en cours de construction, 9 autres autorisées et prêtes à construire et plusieurs projets en développement.

Son équipe s’est étoffée jusqu’à une cinquantaine de salariés, répartis entre Rennes, Rouen et les centrales de production.

Le groupe a passé la main à Engie « pour faire face aux prochains défis de la filière biométhane que sont l’industrialisation des procédés, le développement à très grande échelle et l’intégration de nouvelles briques technologiques, qui permettront une nécessaire baisse des coûts. »

Le lendemain, Total Eren a annoncé l’acquisition de NovEnergia Holging Company, producteur indépendant d’électricité d’origine renouvelable, actif principalement au Sud de l’Europe (Portugal, Italie, France, Espagne, Bulgarie et Pologne). NHC détient un portefeuille diversifié constitué de centrales solaires et éoliennes ainsi que de mini-centrales hydroélectriques, qui représente une capacité nette installée de 657 MW et 47 actifs en exploitation.

L’avenir de ces « petites » entreprises européennes, qui ont porté le développement de certaines filières d’énergie renouvelable à coup de soutien public et de levée de fonds auprès d’investisseurs privés interrogent au vue de ces acquisitions. Ne peut-on pas avoir un tissu d’ETI œuvrant à la transition énergétique française, ou se dirige-t-on plutôt vers un partage du gâteau entre les grands énergéticiens ?

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.