Vers la sobriété grâce à l’économie de la fonctionnalité

39
Close-up image of a firm handshake standing for a trusted partnership

L’Ademe publie aujourd’hui un avis sur l’économie de la fonctionnalité. Celle-ci établit une nouvelle relation entre l’offre et la demande, non plus basée sur la simple vente de biens et de services, mais sur les « effets utiles » : l’offre s’adapte aux besoins réels des bénéficiaires (personnes, entreprises, collectivités) et aux enjeux du développement durable. L’économie de la fonctionnalité introduit donc une logique différente du modèle industriel « classique », qui conduit à de vraies potentialités environnementales.

Pour comprendre l’économie de la fonctionnalité, l’Ademe donne un exemple : dans le modèle économique « classique », pour se chauffer, un particulier achète une chaudière standardisée (parfois assortie d’un service après-vente d’entretien) et paye son énergie. Les bénéfices des vendeurs sont liés au volume vendu, d’équipements pour le chauffagiste et d’énergie pour le fournisseur.

L’économie de la fonctionnalité prend en compte les critères fondés sur le « juste besoin » du bénéficiaire, comme le confort thermique ou l’efficacité énergétique, et base la contractualisation précisément sur ces effets utiles. Dans ce système, le prestataire conservera la propriété de la chaudière et fournira l’énergie. Il aura donc tout intérêt à assurer une maintenance efficace de la chaudière et à garantir une consommation sobre et économique d’énergie. Autant de garanties qu’il obtiendra en s’informant sur les pratiques des usagers, leurs besoins spécifiques, en tachant aussi de comprendre les raisons d’une éventuelle sensation d’inconfort thermique. Il lui appartiendra en somme de trouver des solutions pour gagner en efficacité (par exemple une meilleure isolation du logement).

Les revenus s’appuient ainsi sur la production d’effets utiles, sur la mobilisation de ressources non matérielles et sur l’utilisation efficiente des ressources matérielles. La qualité de l’offre est privilégiée par rapport à la notion de coût.

L’économie de la fonctionnalité incite donc les bénéficiaires à changer leurs modes de vie, de production et d’achat et à aller vers plus de sobriété.

L’Ademe propose également une étude prospective « Vers une économie de la fonctionnalité à haute valeur environnementale et sociale en 2050 ».

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.