Gas distribution pipeline

Une stratégie d’un autre siècle

Lors de l’assemblée générale de Total le 28 mai dernier, les actionnaires devaient se prononcer sur la stratégie de transition du groupe pétrolier vers la neutralité carbone d’ici à 2050 et sur ses objectifs en la matière à horizon 2030. Mauvais timing pour Total qui risque désormais de rencontrer davantage d’oppositions que traditionnellement. Car si les propositions d’objectifs montrent certes de légers efforts planifiés, elles sont en contradiction avec les conclusions d’un rapport de… l’Agence internationale de l’énergie (AIE) (1). Celle-ci appelle, et ce pour la première fois de façon officielle, à ne plus investir dans de nouvelles installations pétrolières et gazières pour limiter le réchauffement à 1,5 °C. « Au-delà des projets déjà engagés à partir de 2021, aucun nouveau gisement de pétrole et de gaz n’est approuvé dans notre trajectoire », indique même l’AIE. Problème… Total prévoit d’augmenter sa production de gaz de 30 % et d’encore flécher 80 % de ses investissements vers le pétrole et le gaz à horizon 2030.

Deux trajectoires diamétralement opposées qui posent question sur le sérieux de l’élaboration de la stratégie de Total ou plus vraisemblablement sur sa volonté de modifier ses actifs au profit des énergies renouvelables. Plusieurs actionnaires ont appelé à voter contre dans les médias mais restent très minoritaires. Rappelons qu’en 2020, une résolution proposant de modifier les statuts du groupe pour l’engager davantage dans la transition énergétique avait été rejetée à plus de 80 %… Il est pourtant regrettable de ne pas suivre les préceptes de ces « écolos extrémistes » que sont les experts de l’AIE !

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.