Un plan pour une dorsale hydrogène européenne

166

Une semaine après la publication par la Commission européenne de sa stratégie Hydrogène, Teréga (anciennement TIGF) et dix autres gestionnaires d’infrastructures gazières européens présentent un plan de création d’une « dorsale hydrogène » sur le continent. Réalisé en partenariat avec le cabinet Guidehouse, il montre que les infrastructures gazières existantes peuvent être adaptées pour transporter l’hydrogène à moindre frais. C’est le choix opéré par GRTgaz et Creos pour le projet mosaHYC entre la France et L’Allemagne (voir Énergie Plus n°647). Le plan prévoit le démarrage d’un réseau européen dès 2025.

Il pourrait atteindre 6 800 kilomètres d’ici 2030 en reliant différentes zones de production de ce gaz. Vers 2040, 23 000 kilomètres pourraient être construits. Ce réseau serait constitué à 75 % de canalisations converties de gaz naturel et de 25 % de nouvelles installations. Son coût est estimé entre 27 et 64 milliards d’euros. Ce total est très inférieur à celui d’un réseau entièrement neuf. Le coût moyen est estimé entre 0,09 et 0,17 euros par kg d’hydrogène pour 1 000 km. Une estimation large, principalement à cause de l’incertitude liée au coût
des compresseurs qui dépend des lieux d’implantation.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.