Un autre numérique est-il possible?

6

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur du numérique augmentent en moyenne de 8 % par an. Sa consommation énergétique augmente de 9 % par an. Si l’empreinte environnementale du digital explose, ce n’est pas forcément pour de bonnes raisons. L’essor des usages vidéo (Skype, Youtube, etc.) et la multiplication de périphériques numériques fréquemment renouvelés en sont les principaux responsables.

Cette surconsommation est surtout le fait des pays développés. Le smartphone connait en particulier une croissance phénoménale. En 2017, 4 milliards d’appareils étaient en circulation. Ils seront 5,5 milliards l’année prochaine et progressent de 11 % chaque année. En ajoutant toujours plus de fonctionnalités à leur modèles, les constructeurs entraînent une consommation d’énergie plus importante lors de leur production car ils nécessitent d’extraire un assortiment de métaux de plus en plus diversifié. 90 % de la consommation vient d’ailleurs de cette phase. L’utilisation du téléphone ne compte que pour 10 % du total mais elle a aussi tendance à réclamer plus d’énergie car les smartphones sont davantage saturés par des applications. En conséquence, la fréquence de leur rechargement reste constante alors que la puissance moyenne de leur batterie a augmenté de 50 % en cinq ans.

Divers acteurs réfléchissent à un numérique plus responsable. WWF et le Club green.it ont réalisé une étude sur l’empreinte de 24 entreprises. Ils ont constaté des progrès, mais pas assez significatifs. Les solutions les plus efficaces font consensus. En premier lieu, il faut privilégier l’achat d’équipements dont la durée de vie est la plus longue possible. Le Shift Project a chiffré de telles initiatives. Alors que les durées de vie moyennes des équipements sont estimées à trois ans pour l’ordinateur portable et deux ans et demi pour le smartphone, le laboratoire d’idées propose de les allonger à cinq et trois ans et demi. Cela permet de diminuer respectivement de 25 % et de 40 % les rejets de GES annuel de ces deux postes. Pour un employé qui serait équipé des deux appareils, cela diminuerait son impact annuel de plus de 30 %.

LIEN(S) : Vous avez lu un tiers de cette enquête. Pour la lire en entier, achetez Énergie Plus

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.