Transports : la transition peine à démarrer

21

Après trois ans de recherche dans quatorze pays, le Forum Vies mobiles publie un rapport sur les politiques dédiées aux mobilités décarbonées. Sa conclusion est claire : la transition vers des modes de transports moins polluants est mal engagée malgré les ambitions affichées lors de grandes manifestations internationales.

En cause, un manque criant d’ambition. La majorité des mesures (80 %) portent sur l’accroissement des performances énergétiques des véhicules. Elles consistent surtout à déployer des motorisations électriques et des biocarburants en alternative à l’essence et au diesel. Si ces mesures peuvent répondre aux problèmes de pollution, elles ne règlent pas l’enjeu de la congestion des villes et de l’énergie gaspillée en amont pour la construction des véhicules.

Selon les rédacteurs, il faudrait miser sur le report modal vers les transports collectifs ou actifs. Mais ces décisions restent rares. À peine 14 % des actions entreprises par les pouvoirs publics vont dans ce sens. Et seulement 8 % s’attaquent au volume des déplacements : Auckland va dans ce sens en faisant la promotion du télétravail. À Séoul, des espaces de coworking ont vu le jour près de quartiers résidentiels afin de diminuer les distances à parcourir par les salariés. En menant cette étude, les chercheurs ont aussi constaté que les États s’impliquent de moins en moins sur ces questions. Ce processus permet aux partenariats public/privé, aux métropoles et à la société civile d’émerger.

 

 

LIEN(S) : Vous avez lu une petite partie de cet article. Retrouvez-le en entier dans le n°616

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.