Transition écologique en montagne : tout schuss dans le mur ?

51

Dans les territoires de montagne, en particulier les Alpes, la hausse des températures annuelles moyennes est deux fois plus importantes qu’à l’échelle mondiale, et même française (+1,4°C). Et ce réchauffement va se poursuivre, selon différentes projections scientifiques. Les conséquences de ces changements climatiques sont déjà bien visibles et risquent de se renforcer avec notamment un retrait des glaciers, une réduction de l’enneigement ainsi qu’un dégel du permafrost plus marqués. Elles mettent en péril le devenir des stations de montagne, notamment les moyennes, dont l’activité économique principale est de loin les sports d’hiver.

Conscients des bouleversements et des menaces qui pèsent sur leurs territoires montagneux, les acteurs locaux, qu’ils soient élus, associatifs, scientifiques ou professionnels, se mobilisent. De nombreuses collectivités ont pris en compte ce sujet dans leurs politiques territoriales, à l’instar de Grenoble qui a modifié son plan local d’urbanisme (PLU) pour inclure une obligation de végétaliser tous les toits-terrasses et plats des nouveaux bâtiments. Ou encore comme Chamonix, dont le Plan climat air énergie territorial (PCAET) vise notamment à améliorer la mobilité “verte” en développant l’offre ferroviaire et en convertissant une partie de leur flotte de bus au GNV.

À côté des PCAET, assez comparables aux démarches de plaine, des plans plus spécifiques ont également été lancés comme à Serre-Chevalier. Initié en 2016 et partiellement déployé dès 2018, le programme “EnR by Serre Chevalier” vise à combiner le photovoltaïque, le petit éolien et l’hydroélectricité pour produire 30 % de sa consommation électrique à échéance 2022 et réduire l’empreinte carbone du site de 50 % à l’horizon 2030.

Neige de culture

Reste la question centrale des conditions d’enneigement, facteur indispensable à la pratique du ski. Pour assurer une couverture de neige suffisante, les stations devront s’adapter aux aléas climatiques et améliorer leurs méthodes de gestion de la neige. Cet impact du changement climatique sur l’enneigement a fait l’objet d’une récente étude scientifique menée par le Centre national de recherches météorologiques (CNRM) et Inrae (ex-Irstea).

[…]

LIEN(S) : Vous avez lu un tier de cet article, paru dans le n°641

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.