St Hubert garde sa ligne énergétique

© St Hubert
43

Il y a une forme de cohérence à surveiller sa ligne énergétique pour un fabricant de denrées alimentaires attaché à une nutrition saine. Fondée en 1904, la société St Hubert a bâti son image de marque sur les margarines réduites en matière grasse (St Hubert 41) ou aux vertus nutritionnelles, qui participent au bon fonctionnement cardio-vasculaire (St Hubert Oméga 3). C’est donc assez naturellement que cette PME* a engagé, en 2018, son usine de Ludres dans l’agglomération de Nancy, dans une démarche vertueuse sur le plan du Management de l’énergie, la certification ISO 50001.

Au cours des trois années précédentes, l’industriel est en effet parvenu à abaisser sa consommation de gaz de 30 % pour atteindre une consommation énergétique totale de 12 MWh/an, gaz et électricité confondus. Il s’est focalisé sur trois points : l’investissement dans des équipements de récupération de la chaleur fatale, la suppression de la vapeur process et le remplacement d’anciennes chaudières.

La certification ISO 50001 décrochée début 2019 impliquait de franchir une étape supplémentaire, à savoir structurer davantage le pilotage de l’efficacité énergétique à l’échelle de l’entreprise. L’entreprise ambitionne d’abaisser de 12 % sa consommation énergétique en deux ans. Pour mettre en œuvre ses actions, elle a bénéficié d’une prime de 40 000 euros dans le cadre du Programme PRO-SMEn. Ce programme national, porté par l’ATEE, incite les entreprises à mettre en place un système de management de l’énergie en leur accordant une prime, une fois le certificat ISO 50001 obtenu. Les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs peuvent bénéficier de la prime qui s’élève à 20 % des dépenses énergétiques annuelles des sites certifiés. La prime va jusqu’à 40 000 euros.

LIEN(S) : Vous avez lu un tiers de cet article, paru dans le n°633

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.