Marche pour le climat à Lyon

Retrouver la confiance pour la justice climatique

Le Père Noël a mis son gilet jaune cette année. Le mouvement de colère populaire s’est amorcé avec la hausse du prix des carburants, puis il a cristallisé toutes les rancœurs accumulées depuis des années : montée des inégalités inacceptable, fracture territoriale, sentiment de déclassement, ras-le-bol fiscal, etc. L’inquiétude est palpable, surtout que ce mélange pêle-mêle de ressentiments ne fait pas une revendication, et du coup le dialogue a du mal à se mettre en place entre le Gouvernement et ce mouvement sans représentants. Un dialogue d’autant plus difficile que certains gilets jaunes se complaisent dans de fausses théories du complot ou s’appuient sur des idéologies extrêmes. Le manque de confiance semble généralisé. S’y ajoute un certain mépris de la classe politique et même parfois du modèle démocratique. Et pour cause… Comme le disait Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD au micro de France Culture le 6 décembre dernier, «La démocratie a été capturée par les intérêts privés […] et par une technocratie qui ne se sent plus investie du mandat de représenter la population.» Il y a donc urgence à refonder le lien social.

Et l’énergie et le climat dans tout ça ? L’abandon de la hausse de la taxe carbone pour 2019 annoncé par Emmanuel Macron est un mauvais signal. Certes c’est un geste d’apaisement mais apparemment insuffisant pour satisfaire les gilets jaunes. Le vrai sujet, connu mais si peu traité, est l’équité et la justice sociale. La phase économique néolibérale lancée depuis les années 1980 n’a pas stabilisé le niveau de vie du plus grand nombre. Au contraire, le système, peu redistributif, tend à enrichir les plus riches qui sont eux-mêmes les plus grands pollueurs. Remettre à plat toute la fiscalité sur la base d’une transition énergétique juste et équitable est certainement le seul moyen de sortir par le haut de cette crise. Décarboner l’économie doit se faire en donnant plus de pouvoir d’achat ET en faisant la pédagogie de modes de vie plus sobres. Autrement dit, la colère sociale des gilets jaunes peut rejoindre les impératifs écologiques. Sinon, la perte de confiance perdurera et conduira à l’injustice climatique…

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.