Restez zen, la neutralité carbone est possible

53

Quel sera votre style de vie ou celui de vos enfants en 2050 ? Sera-t-il compatible avec une économie neutre en carbone ? Ces questions sont à la base de la réflexion menée par le consortium d’entreprises EpE depuis 18 mois autour de son étude ZEN (pour zéro émissions nettes). 27 entreprises adhérentes d’EpE ont financé et participé à cette étude dont le rapport, présenté fin mai, a été validé par les 40 membres de l’association. Autant dire que c’est un message fort envoyé au monde économique, par les plus grands groupes français : il est possible de conduire l’Hexagone sur la voie de la neutralité carbone en 30 ans, sans sacrifier la croissance. Mais pas sans efforts ! «Il ne faut pas s’y tromper, c’est un changement sans précédent que nous décrivons dans ZEN, qui est comme une étude de faisabilité, prévient Jean-Dominique Sénard, président de Renault et ancien président d’EpE. Cette transition vers la neutralité carbone est une transformation profonde qui nécessite de diviser par deux notre consommation d’énergie finale et de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 4,5 % par an, quand on les a seulement réduites de 0,5 % par an depuis 1990.»

Réduction des émissions de GES et puits de carbone
Découpler création de valeurs et consommation de ressources

Les chiffres avancés par EpE ne sortent pas de nulle part. La démarche de l’étude a en effet conduit à une revue très large des travaux existants, des modélisations, une étude sociologique et des analyses sectorielles.

De manière originale, l’étude ZEN décrit différents mode de vie en 2050 permettant à la société française de respecter globalement la neutralité carbone. Elle décline ensuite la nature des «grands systèmes socio-techniques constitutifs de la société et de l’appareil productif.»

«De la nouvelle gestion des usages de la biomasse à l’économie circulaire dans l’industrie, de la limitation de l’artificialisation des sols aux nouveaux modes de transports, cette étude montre que les solutions existent, conclut Jean-Laurent Bonnafé, nouveau président d’EpE et administrateur directeur général de BNP Paribas. S’engager dans la neutralité carbone nécessite néanmoins de rapidement investir jusqu’à 100 milliards d’euros par an d’ici quelques années. Cela passe aussi par une fiscalité carbone transparente, prévisible et équitable. Enfin, la transformation du cadre économique ne pourra se faire pleinement sans intégrer le climat à tous les niveaux de l’éducation. La transition se déroule sur une génération, il faut la faire entrer dans notre inconscient collectif». L’étude ZEN synthétise ainsi au final 14 recommandations comme autant de pistes à explorer vite au niveau local, national mais aussi européen.

LIEN(S) : Il vous reste plus des deux tiers de cet article à lire

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.