Réseaux de chaleur urbains : appel de Ségolène Royal

24

Ségolène Royal, ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, a récemment rappelé l’intérêt du Fonds Chaleur piloté par l’Ademe pour soutenir le développement des réseaux de chaleur urbains. Malgré le bas prix du gaz qui a freiné l’intérêt des collectivités depuis plus d’un an pour la chaleur renouvelable et de récupération, deux dossiers ont été récemment choisi par l’Ademe pour être soutenu financièrement par le Fonds : le projet de raccordement du réseau de chaleur de la ville de Dunkerque et d’un site industriel au centre de valorisation énergétique (Energie Grand Littoral) et le projet d’extension du réseau de chaleur des villes de Lyon, Villeurbanne et Bron avec mise en place d’une chaufferie bois.

Alors qu’elle visitait la nouvelle chaufferie biomasse d’Arras (15 MW, 4768 tep produite par an) ainsi que l’extension du réseau de la ville, la ministre a souhaité appeler d’autres territoires à choisir la fourniture de chaleur en réseau. Elle a ainsi lancé un appel à la mobilisation des communes de plus de 10 000 habitants pour qu’elles envisagent de développer un réseau de chaleur.

Le syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation urbaine (SNCU) s’est félicité de cet appel qu’il soutient aux côtés de l’association Amorce. Pour le président du SNCU, Thierry Franck de Préaumont, cet appel « s’inscrit dans la lignée des ambitions fixées par la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, notamment l’objectif de quintuplement des livraisons de chaleur renouvelable par les réseaux ». 630 communes sont potentiellement concernées par cet appel dont les modalités sont encore à définir. Le SNCU tient d’ailleurs à leur disposition des cartes déterminant les possibilités de développement de tels réseaux.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.