Rénovation énergétique : l’État lance une campagne nationale

57
© Léa Nanni
« Faire » comme Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique

Le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Ademe ont présenté lundi 10 septembre “Faire”, la nouvelle campagne de mobilisation autour de la rénovation énergétique. Inscrite dans le Plan de rénovation des bâtiments du Plan climat, cette plateforme permettra désormais de “rendre lisible un service public d’information et de conseil sur la rénovation énergétique de l’habitat”. Le déploiement s’effectuera sur 3 années et entend bien fédérer les particuliers, les professionnels du secteur de la filière de la rénovation et les collectivités locales. L’objectif étant de “donner envie” aux ménages de rénover en améliorant la lisibilité des aides proposées en mettant en avant les économies et le gain de confort générés par les travaux. L’État et l’Ademe veulent également garantir “la confiance” envers les professionnels de la rénovation et rendre lisibles leurs offres.

« Une écologie réaliste et moins politique » mais qui reste floue

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy s’est exprimé à propos de cette plateforme au côté de Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, et Arnaud Leroy, le président de l’Ademe. « Je ne suis pas à promettre des choses ou appeler à des choses dont je sais qu’elles ne sont pas possibles », a déclaré François de Rugy lors de la conférence de presse. Il a par ailleurs annoncé privilégier « des leviers d’actions qui sont réalistes ». Sur le budget, le ministre a assuré « regarder les choses » même s’il n’a pas précisé sur quelle enveloppe et sur quel calendrier il s’exprimait.

Le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a réitéré le chiffre de 14 milliards pour rénover 500 000 logement par an. Une enveloppe que son prédécesseur, Nicolas Hulot avait jugée impossible pour atteindre ces objectifs, affirmant que les moyens nécessaires avaient été « baissé(s) de moitié ». Pourtant le ministère et l’Ademe restent confiants, 2019 « sera sûrement une période de transition », a reconnu M. Rugy, évoquant « une réflexion » quant à un report éventuel et renvoyant au budget de l’État présenté dans deux semaines. Le gouvernement et l’Ademe ont par ailleurs affirmé qu’ils partageaient l’idée d’un passeport de rénovation, en prônant « le partiel global ». Il faudra donc attendre avant de pouvoir augmenter le nombre de rénovation globales et enclencher de rapides et efficaces économies d’énergie.

Rosny 2000 : une copropriété des années 70 devenue exemplaire

Le lieu de lancement de la campagne “Faire” avait été choisi avec soin lors d’une visite à la copropriété récemment rénovée de Rosny 2000 située à Rosny-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis). L’ensemble, composé de trois bâtiments d’une surface totale de 26 000 m2, a mobilisé 366 copropriétaires à l’isolation de la façade extérieure, au changement des fenêtres et au remplacement des chaudières. Le coût de ce projet ambitieux démarré en 2005 s’est élevé à près de 4 millions d’euros. Il a pu voir le jour grâce à l’aide de l’Alec-mve pour l’organisation du projet et de l’Anah, du département, de la caisse des retraites, des CEE et de la prime GRDF pour le financement. Tous ces travaux devraient ainsi permettre de réduire la consommation énergétique initiale du bâtiment de 30 % en le faisant passer de la classe E (294 kWh/m2) à la classe C (94 kWh/m2).

 

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.