Rennes Métropole parie sur le vélo, le covoiturage et les bâtiments performants

© Rennes Ville et Métropole
26

Diminuer de 50% les émissions de gaz à effet de serre (GES) par habitant entre 2010 et 2030 : c’est l’ambition sur laquelle Rennes Métropole a construit son Plan climat-air-énergie territorial (PCAET), adopté le 4 avril 2019.

Ce but fixé, il fallait définir des actions concrètes permettant de l’atteindre. « Un comité d’orientation, regroupant la société civile organisée comme les chambres consulaires ou le conseil de développement, a été créé. Il a fait des propositions concrètes, de même que le grand public invité à des réunions publiques », raconte André Crocq, vice-président métropolitain en charge du suivi du Scot, du développement durable et de l’animation territoriale. […]

Bâtiment et transport

Concrètement, deux axes majeurs ont été retenus : la rénovation énergétique des bâtiments et la mobilité. Pour le premier axe, la Métropole vise une augmentation progressive du nombre de logements rénovés en BBC, pour atteindre 6000 chantiers par an à partir de 2024.

Par ailleurs, lors des futures opérations d’aménagement publiques (ZAC), l’exigence sera de 100 % de logements passifs ou à énergie positive. Enfin, 25 % des surfaces de bâtiments tertiaires publics ou privés devront être rénovées d’ici 2030.

Accompagnement des particuliers

Concrètement, « notre expérience nous a appris que les subventions seules ne suffisent jamais. Il faut aider les particuliers à comprendre. Nous avons donc mandaté notre SPL « Territoires publics » pour qu’elle accompagne les copropriétaires, notamment lors des assemblées générales, leur expliquant pourquoi il faut prendre un assistant à maîtrise d’ouvrage, faire un diagnostic énergétique, etc. » décrit Christelle Leproust, cheffe du service transition énergétique et écologique à la Métropole. […]

Au-delà de cette ingénierie territoriale, les copropriétés bénéficient de subventions de la Métropole pour réaliser l’audit énergétique, rémunérer la maîtrise d’œuvre et les travaux. Entre 17 et 22 % du montant de l’opération peut être pris en charge, ce qui s’ajoute aux aides de l’État. Les subventions pour les maisons individuelles seront quant à elles votées en septembre.

En covoiturage ou en vélo

Du côté de la mobilité, la Métropole ambitionne de diminuer de 10 % le trafic routier d’ici 2030. À cette date, la fréquentation du réseau de transport STAR géré par la Métropole devra avoir augmenté de 85 %, et chaque concitoyen devra covoiturer une journée par semaine. Pour atteindre ces cibles, la Métropole va construire un réseau express vélo pour les habitants de la deuxième couronne essentiellement. […] À ces nouvelles infrastructures s’ajoutera le renouvellement du réseau de transport collectif, sur lequel 80 % des déplacements devront être décarbonés.

Mailler les réseaux de chaleur

La Métropole veut que 100 % des déchets soient valorisés (recyclés ou incinérés). Un investissement très lourd est prévu sur le réseau de chaleur, géré en régie par Rennes Métropole, et qui est aujourd’hui la première source d’énergie renouvelable de la Métropole. Il s’agit de mailler les deux principaux réseaux de Rennes. « Nous pourrons ainsi desservir les gros consommateurs d’énergie », estime André Crocq.

LIEN(S) : Pour lire les 60 % restants de l’article, achetez Énergie Plus n°629

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.