Quel avenir pour le territoire après le démantèlement de la centrale de Fessenheim ?

Vue aérienne de la centrale nucléaire de Fessenheim, en bordure du grand canal d'Alsace. © Marc Didier/EDF Médiathèque
34

Il s’agit des réacteurs les plus âgés encore en activité sur le territoire national. L’arrêt des deux vétérans du parc nucléaire français à Fessenheim, dans le Haut-Rhin, focalise l’attention, quarante ans après leur mise en service en 1978. La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour 2019-2028 a fixé un horizon pour leur arrêt : celui-ci devrait intervenir d’ici l’été 2020.

Le démantèlement de la centrale alsacienne – premier démantèlement complet de réacteurs PRW de 900 MW en France – a valeur de test sur deux plans. Sur le plan industriel, il permettra de dresser un protocole de déconstruction commercial, afin de préparer celui des 19 autres centrales nucléaires construites en France sous licence Westinghouse. […]

Afin d’alimenter le projet d’avenir du territoire de Fessenheim, en cours d’élaboration, le comité de pilotage animé par la préfecture du Haut-Rhin a commandé un rapport à Thierry de Larochelambert, chercheur à l’institut Femto-ST à Besançon et cofondateur de l’association de promotion des énergies renouvelables Alter Alsace Énergies. Le rapport remis le 14 mars dernier évoque plusieurs pistes innovantes, afin de réussir la transition énergétique du territoire et le démantèlement du site.

Démantèlement scientifique

Une des propositions les plus ambitieuses de Thierry de Larochelambert porte sur la partie démantèlement. Celle-ci pourrait intervenir dix ans après l’arrêt définitif de Fessenheim. Concrètement, le scientifique propose de séparer les destins des deux réacteurs. Le réacteur n°2 pourrait servir de référence industrielle dans le cadre du démantèlement commercial des réacteurs PRW. La centrale alsacienne contribuerait ainsi à établir un protocole de démantèlement nucléaire français. Concernant la cuve du réacteur n°1, la plus ancienne et la plus irradiée et son circuit primaire, Thierry de Larochelambert propose d’engager une procédure de démantèlement scientifique.

Projet d’avenir du territoire

La transition du territoire est désormais incontournable. Cependant, le chercheur ne se satisfait guère de la déclaration d’intention qui ouvre la voie au « projet de territoire » de Fessenheim. Elle a été paraphée le 1er février dernier à Volgelsheim (Haut-Rhin) par les élus régionaux, le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy et la secrétaire d’État Emmanuelle Wargon. […] Thierry de Larochelambert invite à dépasser ce cadre pour mettre en œuvre un système énergétique renouvelable et décentralisé à l’échelle du territoire. […]

LIEN(S) : Pour lire les deux-tiers restant de cet article, achetez Énergie Plus n°628

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.