Passage de l’hiver : pas de problème pour le gaz

28
Gas distribution pipeline

Signe des temps de « coordination », les gestionnaires de réseaux de transport de gaz en France se sont mis à deux cette année pour présenter le Winter Outlook 2016/2017. Thierry Trouvé, Directeur général de GRTgaz, et Dominique Mockly, Directeur général de TIGF, ont esquissé les perspectives du comportement et des réponses que le système gazier français pourra fournir lors d’une période hivernale où les pics et les fortes demandes électriques sont attendues.

Leur exposé se veut rassurant alors que le parc électrique français s’attend à subir de sérieux défis dus à la forte indispnibilité du parc nucléaire, comme RTE l’a établit récemment. Ils se félicitent tout d’abord d’un bilan prévisionnel excédentaire en cas de pointe de froid lors de la prochaine saison. Dans l’hypothèse d’une pointe de froid au risque de 2 %, ce qui correspond à une température basse 3 jours de suite, cas exceptionnel, la possibilité d’apport énergétique par le gaz totaliserait 208 GW en additionnant terminaux méthaniers, stockages et importations. La consommation totale et l’exportation étant estimées à 180,5 GW, l’excédent de gaz serait de 28,3 GW, une marge qui justifie un certain optimisme. D’autant que plusieurs feux sont au vert : la courbe du stockage suit la pente prévue, la disponibilité des capacités de gaz en hiver est maximale grâce aux importations via les réseaux adjacents, l’approvisionnement est suffisant en GNL, etc. La convention d’aide mutuelle entre GRTgaz et RTE permet sans doute aux acteurs de mieux se coordonner pour assurer un équilibre énergétique en période hivernale. Dans ce cadre là, les 14 tranches cycle combiné gaz qui fonctionnent aujourd’hui sur le territoire français, ainsi que le parc de cogénérations, contribuent à l’équilibre souhaité. Ajoutons à cela que le chauffage au gaz évite d’accentuer les demandes de pointe en électricité. Ces perspectives ont déjà pu être mises à l’épreuve durant les quinze premiers jours de novembre où, malgré un temps clément, des niveaux record de sollicitation de la production d’électricité par des centrales gaz ont été enregistrés (soutenues, de fait par un prix plus élevé de l’électricité sur les marchés européens). Si cette flexibilité est à saluer, reste que la problématique hivernale des fortes sollicitations de consommation d’électricité n’en demeure pas moins un sujet… brûlant !

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.