Pas de trêve pour la précarité énergétique

33

L’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) publie l’édition 2019 de son tableau de bord. Près de sept millions de personnes ont été touchées par la précarité énergétique en 2018 en France.

Mais ce qui est encore plus alarmant, c’est que le nombre de ménages fragilisés a récemment augmenté alors qu’il baissait depuis deux ans. En 2018, 11,7 % des Français (souvent les plus modestes) dépensent plus de 8 % de leurs revenus pour payer leur facture énergétique et sont donc considérés comme précaires. Et 15 % d’entre eux affirment avoir souffert du froid pendant au moins 24 heures au cours de l’hiver 2018.

L’augmentation des prix hors taxes des énergies contribue à la hausse de la précarité énergétique. Le tarif des combustibles fossiles a notamment crû depuis 2017. Ce phénomène est renforcé par les coûts d’investissement dans les moyens de production électriques, dans les réseaux de transport et de distribution, mais aussi par les coûts de fourniture et les marges associées des fournisseurs d’énergie, sans oublier la fiscalité.

Après trois années de baisse, la facture des Français a donc augmenté de 4,4 %. Elle atteint en moyenne 2 906 euros en 2017, dont 1 519 € de dépenses liées au logement et 1 386 € d’achat de carburants. Alors que l’énergie devient plus chère, de nombreux ménages peinent à la payer. En 2018, les fournisseurs ont procédé à 572 440 suspensions de fourniture ou limitations de puissance à la suite d’impayés, soit une augmentation de 4,2 % par rapport à l’année précédente, selon les données du médiateur national de l’énergie.

LIEN(S) : Pour lire cet article en entier, rendez-vous dans le n°639

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.