Paris brûlera-t-il?

19

Depuis un demi-siècle, les températures annuelles ont augmenté d’environ 0,3 °C par décennie. Cette tendance s’accélère car les relevés montrent que la majorité des années les plus chaudes sont au XXIème siècle. Si les hivers sont de plus en plus doux, c’est surtout en été que le réchauffement est palpable, de l’ordre de 0,4 °C par décennie.

Selon Météo-France, quel que soit le niveau d’implication pour lutter contre le changement climatique, la conclusion est implacable : jusqu’en 2050, le réchauffement, qu’il soit hivernal ou estival, se poursuivra. D’ici 2100, les moyennes hivernales devraient croître de 0,9 à 3,6 °C, tandis qu’elles pourraient monter en été de 1 à 5,3 °C.

À Paris, cette trajectoire sera amplifiée par l’îlot de chaleur urbain. Par contre, les résultats des différents modèles ne permettent pas de dégager de tendances significatives sur les précipitations, les tempêtes, les inondations, les orages, ou la grêle.

LIEN(S) : Retrouvez l'article en entier dans le n°611 d'Energie Plus

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.