Nouvelle unité de méthanisation en injection en Grand Est

27

Dès 2011, Xavier Roy et Jean-Pierre Lacuisse, agriculteurs marnais, veulent construire une unité de méthanisation. En 2016, l’Ademe lance un appel à projets. Ils reçoivent 950 000 euros de subvention pour un méthaniseur à injection, en partenariat avec GRTgaz. Pour éviter les polémiques, ils s’isolent loin des villages, invisibles. Depuis la route, les trois bâches grises des digesteurs se confondent avec le ciel. Trois silos séparent les cuves des futurs bureaux, chacun pouvant contenir 8 000 t de matière pour nourrir les bactéries.(…)

Pour ce projet, il n’y a pas de culture dédiée au méthaniseur : ce sont des intercultures qui l’alimentent, autrement appelées cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cives). En Champagne, la deuxième orge de printemps est utilisée. Les producteurs font aussi des rotations longues : semis de seigle après une céréale, récoltés à floraison. Ces cultures confèrent 70 % d’autonomie à l’unité de méthanisation. (…)

Les deux producteurs ont suivi une formation de 3 à 4 mois à temps plein pour apprendre à piloter l’unité de biogaz. «Il faut que ce soit l’agriculteur qui pilote son outil et en retire les bénéfices», soutient Xavier Roy. Les cuves fonctionnent pour le moment à mi-régime car l’installation, par arrêté préfectoral, ne peut produire que 150 Nm3 par heure. Néanmoins, l’unité est en capacité de produire 300 Nm3/h. Les producteurs ont d’ailleurs prévu de passer à 200 Nm3/h en fin d’année 2019. Le gaz récupéré pour injection est pressurisé à 1,5 bar (au lieu de 0,4 dans la cuve) et épuré grâce à une membrane polymère. (…)

previous arrow
next arrow
Slider
LIEN(S) : Pour en savoir plus sur cette unité de méthanisation, lisez Energie Plus n°629

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.