Mobiliser les investissements privés pour booster le solaire en Afrique

© Newsfoto/REDAVIA GmbH
19

L’énergie solaire semble taillée pour l’Afrique, du fait de sa capacité à alimenter des zones rurales hors réseau et de l’ensoleillement du continent. Pourtant, celui-ci n’a vu fleurir sur son sol que 0,13 % de la capacité solaire installée dans le monde au cours des dix dernières années. Aujourd’hui, 645 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité et 48 pays d’Afrique subsaharienne se partagent 46 GW de capacité installée de production – quand le parc nucléaire français à lui-seul représente 63 GW. «L’accès à l’électricité en Afrique est avant tout une politique sociale, dont les impacts touchent la santé publique, l’éducation, la sécurité et le bien-être», a exposé en préambule de ses propos Lionel Zinsou, fondateur de la banque d’investissement South Bridge et ex-Premier ministre du Bénin, lors d’une conférence organisée mi-octobre par Enerplan. L’objet de celle-ci : identifier les leviers d’actions concrets et mobilisables par les entreprises et les acteurs institutionnels européens et africains pour développer les projets solaires en Afrique.[…]

Trois obstacles font barrage aux investissements dans les nouveaux projets. Le premier tient au fait que les modèles économiques sur lesquels reposent ce développement sont des modèles de production d’externalités. Deuxième problème, le financement des petits projets, qui manque d’un cadre adapté. Enfin, l’investissement dans les projets souffre de l’absence de capital-risque. […]

Des instruments financiers ciblés

L’Alliance Afrique/Europe pour un investissement et des emplois durables, lancée en septembre 2018, pourrait apporter des réponses à ces problématiques. Anne-Charlotte Bournoville, directrice de l’unité relations internationales et élargissement de la direction énergie de la Commission européenne, a exposé les objectifs poursuivis dans ce cadre par le Plan d’investissement extérieur : promouvoir le renforcement des capacités pour le développement des EnR et l’efficacité énergétique ; améliorer la gouvernance et promouvoir les réformes du secteur énergétique ; stimuler les investissements dans l’énergie durable par des instruments financiers innovants, grâce au Fonds européen pour le développement durable (FEDD). Une large part de ce fonds est dédiée au financement de projets sous forme de “blending”, c’est-à-dire un mélange de dons, de prêts et d’outils.

Certains instruments de “blending” soutiennent directement les investissements privés dans l’énergie solaire. C’est le cas du programme ElectriFI, dédié aux investissements dans des projets de production d’EnR, solaire en particulier, de petite taille dans les zones rurales (jusqu’à 10 M€). Ce financement peut être apporté sous forme de prêts, de garanties ou de prises de capital. […]

Effet levier des garanties

Pour mettre en œuvre la nouvelle Alliance Afrique/Europe, le PEI déploie par ailleurs une nouvelle génération d’instruments financiers, fondés sur la partage des risques par le biais de garanties. À ce jour, 28 garanties couvrent cinq secteurs, pour un montant total de 1,54 Md€. «Ces garanties devraient déclencher des investissements de plus de 17,5 Md€, a annoncé la directrice de l’unité relations internationales. Dans le secteur de l’énergie durable, six garanties vont soutenir l’investissement dans les EnR pour un montant de 450 M€.» […]

LIEN(S) : Vous avez lu des extraits de cet article, paru dans Energie Plus n°634

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.