Mieux connaître les émissions de GES de la capitale

19

D’ici 2030, Paris souhaite réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 50 %. Pour les mesurer, elle dispose aujourd’hui d’outils de type bilan carbone. S’ils permettent de définir des objectifs de réduction, ils présentent un certain nombre de limites. Elle va donc avoir recours aux services d’Origins.earth.

Son idée est de mettre en place un réseau d’information en continu sur les rejets de GES de la Capitale. Il repose sur sept capteurs installés à Paris et en banlieue. Pour obtenir plus de données, dix capteurs supplémentaires seront prochainement installés, plus simples que les premiers et surtout vingt fois moins onéreux. Ce réseau de mesures fournira des données heure par heure avec une précision de l’ordre du kilomètre carré. Les chiffres obtenus seront publiés en ligne tous les mois sous forme de cartes avec un souci de pédagogie. Ils permettront de visualiser ces émissions invisibles dangereuses pour le climat.

Le dispositif a été financé par Suez et Climate KIC. Des partenariats ont été noués avec l’Ademe, l’Afnor et son homologue américain Nist pour mettre en place un cadre normatif de mesures des émissions de GES dans les villes. Cela pourrait aboutir à la création d’un standard mondial.

LIEN(S) : Retrouvez l’article complet dans Énergie Plus n°635

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.