L’industrie de l’impression innove en matière de décarbonation

166

Sur le site de Manchecourt, Maury Imprimeur mène, en collaboration avec CertiNergy & Solutions, un projet de décarbonation de son process industriel en réutilisant la chaleur fatale issue des fumées. Cette démarche qui intègre une part important d’innovation est l’un des lauréats de l’appel à projets « Efficacité énergétique dans l’industrie » lancé dans le cadre du plan France Relance et piloté par l’Ademe.

Engagé dans une démarche environnementale de longue date, le groupe Maury Imprimeur est régulièrement à la recherche d’actions pour diminuer son impact environnemental, notamment par l’optimisation énergétique de ses process industriels. Plusieurs projets de ce type ont ainsi été menés, avec l’aide de CertiNergy & Solutions, sur quelques sites de l’imprimeur, notamment Normandie Roto Impression dans l’Orne et Manchecourt dans le Loiret. Sur cette dernière implantation, « la collaboration avec CertiNergy & Solutions nous a poussés à leur soumettre un certain nombre de nos problématiques, aboutissant à ce projet de décarbonation, désormais soutenu dans le cadre de France Relance », indique Jean-Paul Menez, directeur général du groupe Maury. Le projet vise à récupérer les calories contenues dans les fumées des sécheurs (350 °C en sortie des cheminées) et actuellement perdues, pour ensuite les réutiliser sur site. Problème : comment valoriser cette énergie fatale récupérée alors même que le process industriel ne nécessite pas réellement de besoins de chaleur supplémentaire. Sur site, les besoins sont surtout en air comprimé pour sécher l’encre sur le papier et de froid pour refroidir les rouleaux d’impression des rotatives. L’idée a donc été de développer une solution permettant de produire d’une part de l’électricité nécessaire au fonctionnement du site (en particulier pour l’air comprimé), et d’autre part, du froid ainsi qu’un peu de chaleur qui servira à chauffer les ateliers de production en hiver.

Production d’électricité, de froid et de chaleur

Pour rendre possible ce projet, CertiNergy & Solutions a associé deux technologies développées par des PME françaises, Hévatech et Coldinnov. Baptisée WOTC pour Water Oil Thermodynamic Converter, la première est un système innovant qui récupère la chaleur fatale à haute température dégagée par la cheminée grâce à un fluide caloporteur végétal et à un fluide thermodynamique, en l’occurrence de l’eau. De façon simplifiée, il s’agit d’un système d’accélération de la circulation de l’huile par la détente isotherme de vapeur, l’huile cédant de la chaleur à l’eau et l’eau cédant du mouvement à l’huile. Cet injecteur/accélérateur diphasique va ensuite mettre en mouvement la turbine action de type pelton, qui a l’avantage de pouvoir fonctionner à de faibles vitesses pour produire de l’électricité.

« Après cette première étape, les fumées (toujours à une température de 200 °C) mais également la chaleur dégagée par le procédé WOTC vont être utilisées pour alimenter une machine à adsorption qui génère du froid », détaille Achraf El Bakkali, ingénieur en efficacité énergétique chez CertiNergy & Solutions. Ce projet devrait au final permettre de supprimer environ 82 % de la consommation électrique pour la production de froid. 9 200 MWh d’énergie primaire par an devrait être économisé, ce qui réduira de près de 200 tonnes de CO2 les émissions du site.
Il est actuellement en phase APD (avant-projet détaillé), indispensable pour s’implanter au mieux sur le site. « Intégrer la meilleure solution de récupération de chaleur fatale avec des technologies variées et des températures différentes dans le process industriel n’a toutefois pas été aisé, surtout en devant prendre en compte la contrainte de continuité de production, ou de maintenance et de suivi des machines », ajoute Achraf El Bakkali . Une fois intégrée au process, la solution de récupération de chaleur fatale devrait être mise en service d’ici fin 2022.

Fiabilisation du projet

Au niveau du volet financier, le coût de ce projet est estimé à 3,18 millions d’euros. CertiNergy & Solutions portera l’investissement de Maury Imprimeur et sera rémunéré sur les forfaits des certificats d’économie d’énergie (CEE). C’est par ailleurs la filiale d’Engie qui a également candidaté pour l’industriel à l’appel à projets (AAP) « Efficacité énergétique dans l’industrie » afin de rendre le projet plus efficient d’un point de vue financier et technique. « On a intégré une part potentielle de CEE en étudiant le montage d’une opération spécifique. Le spécifique restant incertain, il est pour l’instant difficile d’évaluer précisément les aides disponibles. Celle de l’Ademe obtenue dans le cadre de France Relance va donc fiabiliser le projet », précise Chloé Noual, responsable Stratégie et Affaires Publiques chez CertiNergy & Solutions. Celle-ci ajoute qu’« avoir candidaté à cet AAP nous a également permis de mieux avancer sur la partie technique, notamment sur des éléments propres au montage du dossier spécifique comme la réalisation de la station de référence ».
Un contrat de performance énergétique est enfin prévu pour encadrer le projet et ses performances dans la durée, mais l’engagement contractuel n’a, à ce jour, pas encore été finalisé.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.