Le transport de plus en plus ciblés pour ses émissions

A la traine ! Comparé aux autres secteurs, celui des transports est le seul à ne pas parvenir à réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Celles-ci ont même eu tendance à croître ces dernières années en France, en
raison notamment de l’augmentation du trafic routier lié au transport de marchandises. Que ce soit pour la mobilité lourde ou légère, le vecteur hydrogène apparaît comme une solution pertinente et prometteuse pour décarboner ce secteur. Seulement mettre en place de nouveaux écosystèmes industriel et territorial prend du temps. Beaucoup de temps. Trop de temps au vu des impératifs environnementaux approchants. Délaissé pour son manque de flexibilité et parfois son coût plus onéreux que le mode routier, le report modal sur le rail et le fluvial doit pourtant être davantage mobilisé. Des incitations financières, notamment les certificats d’économie d’énergie, existent mais semblent clairement insuffisantes pour insuffler un changement. Parmi les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, celle proposant de « réduire la circulation des poids lourds émetteurs de gaz à effet de serre sur de longues distances en permettant un report modal vers le ferroviaire ou le fluvial », par la mise en place de contraintes réglementaires ou fiscales, était tombée à point nommé. Malheureusement, les dernières versions présentées du projet de loi Climat et Résilience ne semblent pas en prendre la direction…

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.