Les importations d’électricité charbonneuses menacent la politique climatique de l’UE, selon un rapport

22

La Commission européenne propose un fonds de 7,5 milliards d’euros pour accompagner les pays membres et leurs régions à passer à une économie plus verte. Parallèlement, le think tank britannique Sandbag dénonce dans un rapport publié le 29 janvier les importations européennes d’électricité produite hors de l’Union européenne et à partir de charbon, qui compromettent les objectifs de sortie progressive du charbon d’ici 2030, ainsi que l’objectif de neutralité carbone de l’UE.

Les auteurs pointent des projets de nouvelles connexions au réseau électrique entre les pays de l’UE et les pays tiers, ce qui augmenterait la capacité d’interconnexion de 31 % et exposerait davantage les marchés de l’électricité de l’UE aux importations d’électricité issues du charbon.15 % de cette expansion se fait dans les Balkans occidentaux, qui abritent les centrales les plus polluantes d’Europe.

Certains pays de l’UE,comme l’Espagne, la Finlande, la Grèce, la Croatie et la Roumanie, sont particulièrement exposés aux importations d’électricité produite à partir du charbon, car ils disposent d’une importante interconnexion mais aussi car leur politique énergétique contraste avec celle de leurs pays voisins non européens.

Ainsi, le rapport du think tank préconise de procéder à un ajustement pour tenir compte du différentiel de coût du carbone pour entraîner une augmentation des importations d’électricité polluantes ; de défendre l’intégrité de la politique climatique de l’UE, en empêchant la délocalisation des émissions du secteur de l’électricité ; d’inciter les États voisins à décarboner et/ou à aligner leurs politiques climatiques.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté une taxe carbone aux frontières comme une proposition clé du Green Deal européen. C’est pourquoi, parallèlement aux conclusions de ce rapport, les auteurs recommandent aussi de mettre en œuvre un ajustement carbone aux frontières sur les importations brutes d’électricité dans la région couverte par le SEQE-UE.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.