Les énergies fossiles toujours très soutenues

42

Un rapport d’ONU environnement conclut que le monde est en passe de produire en 2030 bien plus d’énergies fossiles que la quantité compatible avec l’Accord de Paris : +50 % par rapport à une trajectoire permettant de limiter le réchauffement climatique à 2°C, et +120 % par rapport au seuil de 1,5°C.

Pourtant, dès 2009, les dirigeants du G20 s’étaient engagés à « éliminer et rationaliser, à moyen terme, les subventions inefficaces aux combustibles fossiles ». Dix ans plus tard, la plupart des gouvernements continuent à aider ces filières et certains ont même introduit de nouveaux dispositifs de soutien. Cela induit un effet pervers : en augmentant la production des combustibles fossiles cette aide contribue à la compétitivité du charbon, du pétrole et du gaz, encourageant ainsi leur consommation. Malgré ce constat d’immobilisme global, certains gouvernements ont pris de l’avance sur certains points. Les gouvernements du Belize, du Costa Rica, de la France, du Danemark et de la Nouvelle-Zélande ont par exemple adopté des interdictions ou des moratoires partiels ou totaux sur l’exploration et l’extraction de pétrole et de gaz, tandis que l’Allemagne et l’Espagne éliminent progressivement l’exploitation du charbon.

 

L’écart de production de combustibles fossiles se creuse entre 2015 et 2040

LIEN(S) : Lisez cet article en entier dans le n°636

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.