L’emploi local dopé par la transition énergétique

13

L’Ademe publie les résultats de deux études menées dans les Hauts-de France et en Occitanie sur l’impact emplois de scénarios régionaux de transition énergétique : ils montrent l’opportunité économique de la transition à l’échelle locale et dessinent des pistes d’action pour accompagner les métiers qui seront fragilisés dans la transition.

La Troisième révolution industrielle engagée dans les Hauts-de-France, pourrait conduire, à la création de 46 600 ETP entre 2015 et 2050 dans l’ensemble des trois secteurs de la transition énergétique : les énergies renouvelables, la mobilité et la rénovation énergétique des bâtiments. Des pertes d’emplois sont à prévoir dans l’entretien et la réparation des véhicules et dans le transport routier. Elles seront compensées par les créations d’emplois dans le transport collectif de passagers et l’installation-gestion de bornes de charge des véhicules électriques.

En Occitanie, les résultats publiés sont issus du scénario RéPOS (région à énergie positive), élaboré par la Région avec l’appui de l’Ademe en 2017. Ils sont également comparés à un scénario tendanciel. Celui-ci simule l’évolution de 2015 à 2050 de la demande d’énergie et de la production d’EnR dans la région, dans l’hypothèse où les tendances des années passées sont maintenues.

Les résultats confirment aussi les bénéfices macro-économiques de la transition énergétique. Par rapport au tendanciel en 2050, le scénario RéPOS induirait une hausse du PIB supérieure de 3,9 %, une réduction de la facture énergétique des ménages de 56 %, et une augmentation du nombre d’emplois supérieure de 90 000 ETP, particulièrement dans les secteurs de la construction, du transport de passagers et des services marchands.

LIEN(S) : Pour lire cet article dans son intégralité, rendez-vous dans le n°612 d'Energie Plus

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.