L’électricité renouvelable de moins en moins chère

96

L’agence internationale de l’énergie renouvelable (Irena) a actualisé ses données économiques sur la production de l’électricité. Le verdict de son nouveau rapport est sans appel : les baisses de coût font des EnR une solution de plus en plus compétitive.

Par technologies, les réductions de coûts en 2018 par rapport à 2017 sont de 26 % pour le solaire à concentration, de 14 % pour les bioénergies, de 13 % pour le solaire photovoltaïque et l’éolien terrestre, de 12 % pour l’hydroélectricité. La géothermie et l’éolien maritime n’ont réduit que de 1 %.

Prévisions de la baisse des coûts des énergies renouvelables

 

Ces baisses devraient se poursuivre dans les décennies à venir. Dès l’année prochaine, l’Irena estime que les trois-quarts des capacités qui seront installées en éolien terrestre, et les quatre-cinquièmes en solaire photovoltaïque, seront à des prix inférieurs aux installations nouvelles les moins chères fonctionnant au charbon, au fioul ou au gaz. Sans aides financières, les EnR peuvent ainsi déjà remplacer des moyens de production par énergie fossile dans plusieurs pays.

 

Comparaison des coûts des énergies renouvelables et des énergies fossiles

 

Le cas du solaire photovoltaïque est à lui seul exemplaire. Entre 2010 et 2018, son coût complet (LCOE) a chuté de 77 % en moyenne dans le monde pour arriver à 85 €/MWh. L’an dernier, cette compétitivité fait que des capacités importantes ont été installées en Chine (44 GW), en Inde (9 GW), aux États-Unis (8 GW) ou encore au Japon (6 GW) et en Allemagne (4 GW). Dans certains pays comme l’Inde et la Chine, le coût est entre 63 et 67 €/MWh. Les appels d’offres actuels font entrevoir des prix descendant jusqu’à 48 €/MWh l’année prochaine.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.