Le biométhane progresse en Europe

42

France Biométhane et Sia Partners publient l’édition 2018 de leur observatoire du biométhane. Il met à jour les chiffres de la filière pour l’année 2017. 49 nouveaux projets ont vu le jour dans les onze pays étudiés, ce qui représente une progression de 10 % du nombre d’installations : la filière comptait 545 unités de production de biométhane en 2017. Mais la dynamique semble un peu se tasser par rapport à 2016, qui avait connu 15 % d’unités en plus. La capacité en Europe passe de 473 à 511 milliers de Nm³/h. Cette hausse de 8 %, moins élevée que pour le nombre d’unités, montre que les capacités moyennes diminuent. L’étude explique que ce phénomène est lié aux unités françaises, nombreuses mais de petites tailles.

La filière allemande reste en tête en Europe, avec 208 unités. Elle représente 52 % de la capacité de production sur les onze pays examinés. Mais après une période de forte croissance entre 2008 et 2013, le rythme ralentit. Huit nouvelles unités par an sont sorties de terre sur les trois dernières années. Le même phénomène est visible au Royaume-Uni. La filière décélère nettement mais les unités de grandes capacités permettent au pays d’atteindre 19 % de la capacité de production européenne. À l’inverse, la France connait une forte dynamique. Le nombre d’installations est passé de 26 à 44 entre 2016 et 2017. Néanmoins, l’Hexagone reste un acteur mineur du biométhane du point de vue de la capacité. Avec les tailles d’unités actuelles, il lui faudrait atteindre un total de 120 centrales pour dépasser les 40 000 Nm³/h et monter sur le podium européen.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.