© Julien Champetier

Le biogaz fait partie des solutions

Selon les dernières statistiques dont la filière biogaz dispose, 898 installations fonctionnent en France, dont 657 de méthanisation agricole. La valorisation du biogaz en cogénération concerne 635 installations, contre 187 utilisant des chaudières et 76 injectant le biométhane dans les réseaux de gaz. La production d’électricité en 2018 de ce parc a été de 2100 GWh (+10 % par rapport à 2017) et l’injection de biométhane a dépassé les 710 GWh (+43 %). Au rythme de développement actuel – 159 nouvelles installations ont été mises en service en 2018 – le parc va dépasser les 1000 unités cette année. On est loin des 9000 installations allemandes mais c’est un marqueur important pour les professionnels tricolores. Il permet d’affirmer que la filière est mature même si elle continue de chercher l’amélioration des performances et une plus grande qualité (voir notre dossier spécial). Pour accélérer le rythme, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a doté un fonds de garantie public qui permet à BPI France de distribuer des prêts sans garantie de 100 000 à 500 000 euros aux exploitations agricoles désirant se lancer dans la méthanisation. En cinq ans, le ministère espère que 400 projets seront ainsi aidés, pour un montant total de financement de 100 millions d’euros.

Avec leurs atouts, le biogaz et le biométhane ont une place à part entière dans les solutions de transition énergétique en France et dans l’Union. D’autant plus que la campagne des élections européennes a fait apparaître un minimum de consensus des candidats sur l’exigence environnementale et les résultats ont fait émerger un groupe écologiste plus important au Parlement européen. Espérons que la semaine européenne de l’énergie durable, qui aura lieu après le salon ExpoBiogaz à Lille, donnera l’occasion à tout le monde de réfléchir à ce sujet. En particulier les plus jeunes, dont beaucoup se sont déjà mobilisés pour le climat y compris lors de l’élection européenne, afin qu’ils voient dans les filières renouvelables et d’efficacité énergétique les métiers d’avenir.

LIEN(S) : Cet Edito est paru dans Energie Plus n°627

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.