Le bâtiment peine à baisser ses consommations

35

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) vient de publier un rapport sur le bâtiment, ses consommations d’énergie et ses émissions de gaz à effet de serre. La consommation d’énergie finale des bâtiments a augmenté de plus de 6 exajoules (EJ), soit environ 5 % entre 2010 et 2017. Si l’efficacité énergétique a progressé, elle a n’a pas assez pesé par rapport à la poursuite de la croissance de l’activité dans le secteur et une demande d’énergie accrue, notamment à cause de l’augmentation des surfaces des constructions. Cette demande relevée s’explique aussi car les édifices sont toujours plus équipés en machines diverses, particulièrement les climatisations et les appareils électroménagers. Globalement, la consommation électrique dans les bâtiments a crû de 15 % depuis 2010.

L’efficacité énergétique s’améliore

Au rang des bonnes nouvelles, la progression globale de l’efficacité énergétique pour le chauffage et l’éclairage. Cette tendance permet aux consommations de compenser en partie l’augmentation de la population et son recours plus important à des équipements électriques. Les émissions de gaz à effet de serre du secteur stagnent. Depuis 2015, elles s’élèvent à 9,5 GtCO2 par an. Cela représente 28 % des rejets totaux liés à l’énergie. Lorsque les émissions liées à l’énergie provenant de la construction de bâtiments sont incluses, le montant total atteint plus de 11 GtCO2 en 2017, soit 39 % des rejets mondiaux liés à l’énergie.

Il reste encore beaucoup d’efforts à engager pour réduire cet impact et se mettre en conformité avec l’Accord de Paris. Mais les réglementations sont souvent insuffisantes, peu contraignantes et les financements ne sont pas assez importants.

LIEN(S) : Retrouvez l’article complet dans Energie Plus n°619

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.