La SNCF fait rimer intermodalité et connectivité

26

En vertu du Pacte ferroviaire qu’elle a signé en 2018, la SNCF doit contribuer au développement de l’intermodalité, de l’équilibre des territoires, ainsi que la redynamisation des quartiers de gare. En gestation depuis trois ans, le programme EMA (Espace modal augmenté), retenu pour la 4e période des certificats d’économies d’énergie (CEE), entre en phase opérationnelle.

Il s’agira pour la division Gares & Connexions de la SNCF d’aménager plusieurs de ses petites et moyennes gares afin de favoriser l’intermodalité entre les différents modes de transport (train, vélo, co-voiturage, bus, tramway…), notamment en tirant parti des outils digitaux. Et ainsi réaliser des économies d’énergie en réduisant la part de l’“autosolisme”. Visant 224 gares, le programme prévoit deux étapes : à une première phase d’études, succèdera l’élaboration d’une esquisse figurant les aménagements projetés de chaque gare.

C’est Total qui doit abonder le projet en tant qu’obligé à hauteur de 6,9 millions d’euros.Mais cette somme ne recouvrerait pas l’ensemble des dépenses nécessaires à l’application pleine et entière programme. Le budget nécessaire s’élèverait plutôt à 24 M€, ce qui conduirait la SNCF à solliciter des subventions auprès des collectivités locales concernées. En attendant, l’abondement de Total aura permis d’enclencher une dynamique autour du programme. Par de la communication digitale, mais également par la recherche de partenaires susceptibles de développer des outils à implémenter dans les futurs équipements des gares.

LIEN(S) : Cet article est à lire en intégralité dans le n°641

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.