«La filière demande des projets collaboratifs efficaces entre agriculteurs et chercheurs»

Entretien avec Alice L’Hostis, directrice du Centre technique national du biogaz et de la méthanisation (CTBM)

© Julien Champetier
107

Le CTBM, Centre technique national du biogaz et de la méthanisation, a été créé début 2019 au sein du Club Biogaz de l’ATEE pour fédérer les actions de recherche, d’innovation et de formation de la filière. Sa directrice Alice L’Hostis passe en revue les projets qui prennent forme, dans la perspective de faciliter les échanges et la communication entre les acteurs de la méthanisation. Extraits:

Quel est l’objet du CTBM?

Alice L’Hostis : La filière méthanisation en France rassemble environ 600 entreprises. Il y a une multitude d’acteurs, qui sont très morcelés. […] Pour récolter les retours d’expérience et progresser sur le terrain, il faut mutualiser les informations, mais la plupart des exploitants n’ont pas les moyens de faire de la R&D. Le CTBM va donc jouer le rôle d’une instance commune pour faire circuler l’information de la recherche vers le terrain en passant par les industriels, et réciproquement. La filière est en demande de projets collaboratifs efficaces, et souhaite nouer plus facilement des partenariats entre les agriculteurs et les chercheurs. […]

Quels sont les acteurs regroupés au sein du CTBM ?

A L’H. : Le CTBM est une initiative du Club Biogaz et d’une dizaine de laboratoires de recherche en France. Actuellement, il faut être adhérent du Club pour devenir membre du Centre. Nous travaillons aussi avec un réseau plus “informel” d’experts. […]

Vous avez un projet de site d’information collaboratif, pouvez-vous nous en dire plus ?

A L’H. : Nous allons en effet rassembler les experts du monde de la méthanisation autour d’un projet de site collaboratif, en partenariat avec France Gaz Renouvelable et Solagro. L’objectif est d’offrir une base d’informations correctement sourcées, écrites par des experts et validées par le CTBM. Le site sera mis en ligne à l’automne 2019. […]

Vous avez conduit en avril un sondage sur les besoins de formations de la filière, quels en sont les retours ?

A.L’H. : Le but de ce sondage, mené auprès des adhérents du Club Biogaz, était d’identifier les besoins de recrutement, les types de profils recherchés, et les types de compétences attendues dans les formations. Les adhérents qui ont répondu ont besoin de techniciens, mais aussi d’ingénieurs, de responsables d’exploitation et de personnes qui maîtrisent le cadre réglementaire et financier du secteur. Ils sont en demande d’enseignements pratiques sur les installations de méthanisation mais aussi sur la réglementation et sur la biologie. . […]

 

LIEN(S) : Vous pouvez lire cette interview en intégralité dans Energie Plus n°627

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.