La CNR surfe sur la vague du solaire flottant

© Laure Marandet
95

C’est peut-être une réponse à la problématique foncière à laquelle fait face aujourd’hui le développement du solaire photovoltaïque. Permettant de valoriser les larges plan d’eau artificiels comme les retenues de barrage, les réservoirs d’eau ou les anciennes carrières, le solaire flottant est encore au stade embryonnaire en France mais intéresse de plus en plus.

Au mois de mai, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) inaugurait ainsi son premier parc flottant sur le lac de La Madone, retenue d’eau d’environ 5 ha, sur la commune de Mornant (Rhône) et destinée à l’irrigation des Monts du Lyonnais. «Constituée de 630 panneaux photovoltaïques montés sur flotteurs, la plate-forme atteint une puissance de 230 kWc», précise Héléna Wagret, chargée de ce projet, baptisé Ô Solaire, à la CNR.

Le projet ayant remporté un appel d’offre de la CRE en 2018, sa production annuelle, estimée à 250 MWh, sera revendue avec une obligation d’achat de 20 ans à un tarif bonifié. «Par la suite, la production pourra être auto-consommée pour compenser les coûts de pompage», explique Nicolas Kraak, directeur du Syndicat mixte hydroélectrique agricole du Rhône (SMHAR). Pour cet acteur local gestionnaire du site de La Madone, l’enjeu agricole est important : «En une dizaine d’année, les coûts de l’eau d’irrigation ont bondi de 33 %, essentiellement à cause du prix de l’électricité.» […]

LIEN(S) : Il vous reste les deux tiers de cet article à lire

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.