Hydrogène décarboné : des perspectives dépendantes des politiques de soutien

72

Publié le 30 mars, un nouveau rapport de BloombergNEF (BNEF), s’appuyant sur les principales conclusions de 12 études menées en 2019 et 2020, fournit une analyse globale sur les perspectives de l’hydrogène et de son économie à moyen et long terme. Ainsi, l’hydrogène propre pourrait être déployé dans les décennies à venir pour réduire jusqu’à 34 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles et de l’industrie d’ici 2050, et ce, à un coût « gérable ». Si la baisse des coûts des énergies solaires et éoliennes, ainsi que celles des électrolyseurs ( – 40% pour les alcalins entre 2014 et 2019) se poursuit, l’hydrogène renouvelable pourrait être produit pour 0,8 à 1,6 $/kg (entre 0,7 et 1,5 euro par kilo) dans la plupart des régions du monde avant 2050.

Toutefois si l’utilisation de l’hydrogène doit être étendue, un réseau d’infrastructures d’approvisionnement et de stockage devra être créé. « La demande doit être soutenue par une politique globale coordonnée à travers les gouvernements, et le déploiement d’environ 150 milliards de dollars de subventions cumulées jusqu’en 2030 », indiquent les auteurs. Mais pour l’instant, les politiques de soutien à l’investissement et au développement de l’hydrogène restent encore insuffisantes.

Un coût bas corrélé à un marché du carbone en hausse permettrait pourtant à certains secteurs de se détourner rapidement des combustibles fossiles. Par exemple, si la production d’hydrogène atteint 1 $/kg, « un prix du carbone de 50 $ la tonne de CO2 suffirait pour passer à l’hydrogène renouvelable dans la fabrication de l’acier, 60 $ / tCO2 pour utiliser l’hydrogène renouvelable pour la chaleur dans la production de ciment, 78 $ / tCO2 pour la synthèse de l’ammoniac et 90 $ / tCO2 pour la fabrication d’aluminium et de verre », détaille le rapport.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.