Grhyd injecte de l’hydrogène dans un réseau de gaz

Olivier Mary
16

Cent logements et un centre de soins d’un quartier de Cappelle-la-Grande, près de Dunkerque, sont alimentés par un gaz composé de méthane et d’hydrogène.

Ce premier démonstrateur d’un système power-to-gas en France cherche à juger de la pertinence technique, économique, environnementale et sociétale de la technologie. Le démonstrateur se compose d’un électrolyseur, d’un système de stockage et d’un poste d’injection.

À l’avenir, il devrait stocker des surplus d’énergie renouvelable. Mais en attendant, il transforme de l’électricité achetée sur le marché grâce au système des garanties d’origines. Une des particularités du projet est que la proportion d’hydrogène injectée variera en fonction des quantités d’électricité verte qui pourront être achetées à coût raisonnable. Grhyd a jusqu’à juin 2020 pour faire ses preuves et montrer qu’il est économiquement viable.

Pour la suite, trois cas de figure sont possibles : arrêter et démanteler l’installation ; étendre l’injection à cent nouveaux logements construits prochainement à proximité ; déployer l’injection d’hydrogène sur une zone plus large de la communauté urbaine voire sur d’autres territoires français.

LIEN(S) : Retrouvez l’article complet dans Energie Plus n°609

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.