Garder le cap de la transition énergétique

Santé, énergie, industrie, transport, culture et bien d’autres… Ces deux derniers mois ont été éprouvants pour de nombreux secteurs. Si aucune date précise de sortie de crise ne peut être avancée encore, les plans de relance destinés à soutenir les nombreux acteurs fragilisés sont en cours d’élaboration aux niveaux national et européen. Espérons que nos instances construisent ces plans avec intelligence et autour des thèmes cruciaux des transitions écologique et énergétique. Il est ainsi important de rappeler l’appel de 180 personnalités de ministres, eurodéputés, ONG, think tanks et dirigeants d’entreprise qui souhaitent placer «le changement climatique et la biodiversité en un pilier essentiel de la stratégie économique» (voir page 7). Même en ces temps de crise et d’investissement difficile, les efforts entrepris par les différents secteurs pour améliorer leur efficacité énergétique doivent se poursuivre. Les nombreux retours d’expérience d’actions menées sur l’efficacité énergétique, notamment en industrie (voir le dossier), montre la pertinence de ces démarches en termes de gains environnementaux et économiques. La chute du prix des énergies fossiles ne doit pas non plus modifier les stratégies de décarbonation de notre société, et stopper le dynamisme actuel des filières des énergies renouvelables (voir pages 12 et 13), sachant que l’urgence climatique se fait toujours de plus en plus pressante.

Cette crise a également eu des impacts sur la presse, et quelques publications d’Énergie Plus prévues en avril et mai ont dû malheureusement être repoussées. J’espère que notre lectorat, que nous nous réjouissons de retrouver, se montrera compréhensif.

LIEN(S) : Cet Edito introduit le n°643-644

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.