Expobiogaz regarde vers l’avenir

26

Le salon Expobiogaz se tenait cette année, les 12 et 13 juin, à Lille, dans le contexte particulier de la préparation de la PPE. Le Syndicat des énergies renouvelables y organisait les premières Assises nationales du gaz renouvelable, pendant lesquelles le ministère de la Transition écologique et solidaire a précisé le niveau de seuil en dessous duquel les installations de production bénéficierons du tarif d’achat du biométhane, maintenu dans la PPE : «Le seuil des appels d’offres pour les projets de biométhane devrait se situer entre 25 et 30 GWh», a annoncé Anne-Florie Coron, sous-directrice en charge de la sécurité d’approvisionnement et des nouveaux produits énergétiques à la DGEC. Elle a également pris soin de rappeler quelques mesures qui voient le jour dans le cadre du GT Méthanisation, telles que la création d’un droit à l’injection pour les méthaniseurs, les discussions autour de la mise en place d’un soutien au BioGNV non injecté (sous la forme d’un complément de rémunération), et le soutien au biométhane porté.

Aux vues des nouvelles perspectives de marché au niveau national, Expobiogaz s’est positionné plus largement pour cette édition en devenant le Salon du gaz renouvelable : méthanisation, pyrogazéification, power-to-gas et mobilité y étaient représentés. Ainsi, 30% de nouveaux exposants ont présenté leurs solutions, portant à 260 le nombre total d’exposants et de marques présents sur le salon.

Un stockage temporaire récompensé

Comme chaque année, le Trophée de l’innovation Expobiogaz a récompensé les produits et services les plus novateurs du concours. Cette année, le jury a décerné le prix à Azola, spin-off issue du centre de recherche GNL d’Engie et de Storengy. Azola a mis au point une solution d’épuration, liquéfaction et stockage qui permet aux producteurs de s’affranchir des contraintes réseau.

LIEN(S) : Vous avez lu des extraits de cet article, paru dans le n°629

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.