EnR: l’appropriation citoyenne comme socle de départ

23

La loi Énergie-Climat vise 33 % d’EnR dans le mix énergétique d’ici 2030 et même la neutralité carbone en 2050: pour tenir cet engagement, les efforts de sobriété et d’efficacité doivent s’intensifier (baisse de 5 % de la consommation finale d’énergie depuis 2005), et le nombre de projets EnR doit décoller. Mais ces derniers dont les bénéfices et avantages sont bien connus, se heurtent encore à de trop nombreuses problématiques d’acceptabilité au niveau local.

Développement responsable

Conscient de cet enjeu, WWF a travaillé à l’élaboration d’un guide méthodologique sur le développement responsable afin d’accompagner les opérateurs dans le développement des énergies renouvelables de façon respectueuse et la plus durable possible. La démarche porte principalement sur les types d’installation qui présentent des enjeux importants d’intégration environnementale et territoriale, de par leur taille et/ou leur nature : grand éolien terrestre, éolien offshore, unités de méthanisation, centrales solaires au sol.

Échelle démocratique

Ainsi le premier volet de cette démarche est consacré au module éolien terrestre et est structuré en recommandations pour chacune des 6 étapes d’un projet et des 9 thématiques rattachées […]. À destination des porteurs de projets, qu’ils soient issus d’une entreprise, une collectivité ou une association citoyenne, il doit permettre «à chaque organisation de questionner ses pratiques actuelles, et de passer à l’action pour en tester de nouvelles», et ainsi déployer les projets EnR pour atteindre les objectifs de la PPE. Dans le cas des projets éoliens notamment, le paysage est par exemple souvent brandi comme un obstacle au développement de la filière. […]

LIEN(S) : Vous avez lu un tiers de cet article, paru dans le n°633

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.