Engie rachète la partie B2B d’Effy

95

Les règles de la quatrième période ont contraint à un resserrement du nombre de délégataires et, simultanément, de nouveaux mandataires sont apparus, rebattant les cartes du paysage des CEE, au moment où les obligés cherchent à multiplier les actions. Après plus de 12 ans d’existence, le dispositif des CEE va-t-il amorcer une nouvelle phase de reconfiguration des acteurs ? Le rachat par Engie Entreprises et collectivités de trois entités* du groupe Effy peut le laisser croire. L’emblématique Certinergy, qui avait lancé le modèle des délégataires en première période, est dans le lot. Son ex-fondateur et président d’Effy, Frédéric Utzmann, reconnaît qu’aujourd’hui «Effy fait le choix de se concentrer sur le secteur des particuliers dans le cadre de ses plateformes numériques et de ses offres innovantes pour rendre la rénovation énergétique plus solidaire et plus efficace.» Les fonds apportés par cette session vont bien l’aider.

Les 80 salariés de l’activité B2B rejoignent donc Engie E&C qui disposait jusque-là d’une petite quinzaine de personnes sur ce segment. L’entente entre les deux parties s’est faite sur la base d’une clientèle similaire pour trouver des synergies de développement. Caroline Flaissier, directrice d’Engie E&C, le confirme : «Nous avons la même envie d’accélérer la transition énergétique en créant de la valeur pour nos clients. Les équipes commencent à travailler ensemble pour construire des projets qui vont profiter en France des compétences techniques de Certinergy et CN Solutions.» En plus de la partie d’Engie s’adressant aux particuliers, Engie E&C compte ainsi jouer un rôle significatif en matière de CEE.

* Certinergy, CN Solutions et Certinergia (Italie).

LIEN(S) : Cet article est paru dans Energie Plus n°621

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.