Édito : un mécanisme de capacité à suivre

Avec ce dernier numéro de l’année 2016, nous abordons un sujet à suivre de près en 2017 et les années suivantes : le mécanisme de capacité. La première enchère vient juste d’avoir lieu pour que demandeurs de capacité (les fournisseurs d’électricité) et pourvoyeurs de certificats (les producteurs et opérateurs de modulation de consommation) opèrent des transactions. Comme certains acteurs le font remarquer, les conditions actuelles de tension sur le réseau électrique rendent l’intérêt pour ce mécanisme plus fort que prévu.

Mais est-ce que ce sera encore le cas pour l’hiver prochain ? Quelles places respectives prendront la production et l’effacement ? Il sera donc instructif de suivre l’efficacité de ce mécanisme et les évolutions qu’il va vivre. Même si la Commission européenne a voulu le sécuriser en évitant toute manipulation du marché de capacité par un acteur dominant, on n’est pas à l’abri de défauts. L’appel d’offres Effacement lancé les années passées en est l’exemple. Sur environ 1500 MW normalement mobilisables par RTE via cet appel, les spécialistes estiment que moins d’un tiers est réellement activable… alors même que les primes de capacités ont été versées et apparemment sans moyen pour RTE de recouvrer des pénalités ! Situation gênante pour le gestionnaire de réseau de transport qui peut avoir besoin de ces effacements en cas de grand froid : il a donc pris des mesures drastiques pour que ces pratiques ne perdurent pas. Sans parler du fait que certaines des capacités proposées sont des groupes électrogènes mis en marche pour éviter de soutirer de l’électricité sur le réseau. Ce qui revient à décentraliser les émissions de CO2 ! Tout cela peut porter préjudice à l’image des opérateurs d’effacement qui, sur un marché naissant, ont encore à consolider leurs positions, spécialement auprès des industriels et du secteur tertiaire peu habitués aux pratiques de modulation de consommation.

L’autre bonne nouvelle pour le mécanisme de capacité est sa confirmation dans la nouvelle proposition de la Commission européenne modifiant plusieurs directives relatives à l’énergie*. Ce “paquet hiver” nommé « Clean energy for all Europeans » sera examiné dans les mois qui viennent et ne sera pas exempt de critiques, justement parce qu’il permet aux centrales à charbon de bénéficier d’un soutien à leurs capacités.

Nous y reviendrons dans notre premier numéro de 2017, le 15 janvier prochain. D’ici là, joyeuses fêtes à tous !

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.