Édito : Quel hiver voyez-vous venir ?

L’hiver arrive, peut-être qu’il fera froid, comme en ce début de novembre où la neige a fait son apparition. Cela n’empêchera probablement pas que 2016 soit l’année la plus chaude en moyenne sur la planète… Je veux éviter la discussion de comptoir sur le climat mais la traditionnelle question du passage “électrique” de l’hiver en France prend une saveur particulière cette année. Car en plus de son plan de maintenance classique du parc de production, EDF doit arrêter plusieurs réacteurs nucléaires pour satisfaire aux demandes de l’Autorité de sûreté nucléaire.

En effet, les risques de ségrégation carbone dans les fonds primaires des générateurs de vapeur obligent à faire des vérifications : cinq réacteurs vont être ainsi stoppés pour pouvoir effectuer des contrôles, de manière échelonnée, jusqu’au 15 janvier 2017 (1). Alors, aura-t-on assez d’électricité sur le réseau pour nos grille-pains nationaux ?

RTE se dit très vigilant pour cet hiver. Si les températures restent dans les normales saisonnières, le manque de disponibilité du parc nucléaire, à son plus bas historique avec 5 à 10 GW en moins que d’habitude, sera compensé par la baisse de consommation (effacement) et par les autres moyens de production. Par contre, aux moments les plus tendus, de mi-novembre à mi-janvier tout de même, le gestionnaire du réseau de transport pourrait être amené à utiliser des moyens exceptionnels pour faire face à une vague de froid : interruptibilité d’industriels volontaires, baisse de tension de 5 %, délestage.

Le comble est que les centrales à charbon fortes émettrices de CO2 vont être largement utilisées dans un tel contexte alors qu’il était prévu qu’un prix-plancher du carbone vienne en ralentir l’usage. Mais ce dernier a été rejeté lors de l’examen du projet de loi de finances. Où est la cohérence avec les appels répétés à la transition énergétique ? On sent la précaution pour passer l’hiver et surtout le moyen d’acheter la paix sociale dans ces centrales… Néanmoins, à l’inverse, si l’hiver est doux, il sera intéressant de montrer que la France peut se passer des centrales charbon et d’une partie des centrales nucléaires, sans heurts…

(1) Les réacteurs concernés sont Tricastin 4 et 2, Fessenheim 1, Gravelines 4, Civaux 1. Les essais, non destructifs, ne permettront pas de connaître le taux de carbone dans toute l’épaisseur du fond des générateurs de vapeur. Ils devront être complétés par EDF avec une méthode comportant des essais sur des pièces représentatives.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.