Des jeunes sud-coréens déposent un recours constitutionnel contre l’inaction de leur gouvernement face à la crise climatique

13

Un groupe de jeunes coréens a déposé le 13 mars un recours constitutionnel contre l’inaction du gouvernement sur le changement climatique, affirmant qu’il porte atteinte à leurs droits constitutionnels. Youth 4 Climate Action a en effet déposé une plainte constitutionnelle au motif que l’objectif national de réduction des émissions de gaz à effet de serre est insuffisant et, en tant que tel, viole la protection de leurs droits fondamentaux consacrés par la Constitution. Les demandeurs ont déclaré qu’ils subissaient déjà des impacts climatiques, mais le gouvernement est trop passif et irresponsable pour les sauver des conséquences catastrophiques du de la crise climatique.

Dans cette affaire, les plaignants soutiendront que l’article 25 du décret présidentiel d’application de la loi-cadre sur la croissance faible en carbone et verte viole directement leurs droits constitutionnels fondamentaux tels que le droit à la vie, le droit de rechercher le bonheur, le droit à un environnement propre, le droit à l’égalité et au droit à une vie digne des êtres humains.
Il a été révisé à deux reprises en 2016 et 2019, mais l’objectif de réduction actuel est de 24,4% inférieur aux émissions de gaz à effet de serre en 2017 d’ici 2030, bien en deçà de ce qui est nécessaire pour respecter l’accord de Paris visant à aggraver le changement climatique.

Le groupe de jeunes avait initialement prévu d’organiser un événement massif de «grève scolaire» au centre-ville de Séoul après la conférence de presse, mais a dû l’annuler en raison de l’inquiétude suscitée par le coronavirus. La conférence a été diffusée en direct sur Facebook pour permettre aux journalistes de se joindre en ligne.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.