Des batteries stationnaires pour épauler les EnR

© Saft
79

Les batteries stationnaires, traditionnellement utilisées pour l’alimentation de secours, peuvent apporter des services de soutien et donc plus de fiabilité aux réseaux électriques. Ce secteur relativement récent connait une forte croissance liée à l’avancée constante de l’usage des EnR. Saft, filiale de Total, a livré en 2012 son premier système de stockage d’énergie stationnaire.

Depuis, les exemples se multiplient, comme sur l’île Kauai dans l’archipel hawaïen, dont le souhait est d’intégrer 50 % d’EnR d’ici 2023. La Kauai Island Utility Cooperative (KIUC) a implanté en 2015 une centrale photovoltaïque de 59 000 panneaux (12 MWc), assurant 20 % des besoins électriques de l’île en journée et une production annuelle de 23 GWh. Une batterie lithium-ion (Li-ion) de Saft (modèle Intensium Max 20M) vient épauler la centrale pour stabiliser le réseau électrique global de l’île. Lors de perturbations de fréquence ou le soir lors de pics de consommation, la batterie peut injecter à pleine puissance jusqu’à 12 MW sur de courtes périodes en seulement 50 ms.

Autoconsommation optimisée et lissage des pointes

Les batteries stationnaires trouvent également leur place chez les industriels qui souhaitent optimiser leur consommation électrique. C’est le cas de la société Exkal, premier fabricant espagnol de systèmes de réfrigération. Dans son usine de Marcilla (Navarre), il a fait le choix en 2017 d’installer des panneaux photovoltaïques sur sa toiture (112,7 kWc) pour son autoconsommation. L’installation a été ensuite complétée par deux systèmes de stockage d’énergie Li-ion (modèle Intensium Mini) qui permettent d’une part de lisser les pointes de demande en électricité du site et d’autre part d’augmenter l’autoconsommation d’énergie solaire.

LIEN(S) : Vous avez lu une petite partie de cet article. Retrouvez-le en entier dans le n°620

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.